mercredi 13 août 2014

Hors Limites T1


Couverture de Hors Limites, Tome 1

Couverture de Hors Limites, Tome 1
Auteur : Katy McGary
 
Prix : 7.5E (sortie en poche en juin 2014)
 
Edition : Darkiss

Résumé

Echo. Noah. Chacun a vécu un drame. Chacun y survit à sa façon. Echo s'efforce de revenir à la vie "normale"; Noah, au contraire, ne fait plus confiance au "système" et accumule les provocations. Ils pourraient se haïr, tant ils sont différents. Pourtant le hasard va les rapprocher. Les obliger à chercher qui ils sont vraiment. Ils vont s'aimer. Des sentiments si purs qu'ils les réconcilieront avec les autres. Et surtout avec eux-mêmes.

 

Mon avis

« Hors Limites est un cheminement émotionnel intense » a déclaré Simone Elkeles et je dois reconnaitre que c’est cette phrase qui m’a poussée à acheter le livre. Je sais, je sais, je suis une proie facile ^^. Et si j’ai bien conscience que ce n’est que du marketing, je marche quand même. Parfois je me fais avoir, d’autres fois non. Ce livre fait partie de la deuxième catégorie. Je suis intimement persuadée que certains auteurs sont payés pour faire des commentaires de ce genre, et pourtant, dans Hors Limites, je ne doute pas une seconde qu’Elkeles l’ai lu. Pourquoi ? La trame et le déroulement de l’intrigue lui ressemblent vraiment ; tant et si bien que j’avais parfois l’impression que c’était elle qui l’avait écrit. Je sais ce que peuvent me rétorquer les plus sceptiques : les trames d’Elkeles ne sont pas franchement originales. C’est vrai, je le reconnais, et pourtant c’est écrit d’une manière qu’elles en deviennent inoubliables et spéciales. Ici, c’est la même chose même si c’est en moins puissant. On n’égale jamais le maître, non ?

 

Echo a été agressé et elle en porte la marque aussi physique que psychologique. Ses bras, désormais recouverts de cicatrices, lui rappellent en permanence cela mais ils sont aussi responsables de son éviction de toute vie sociale lycéenne. Echo c’est la reine des abeilles déchue et même si ses copines lui adressent encore la parole et qu’elle déjeune à leur table, ce n’est plus pareil car elles ont peur qu’un rien ne soit le déclencheur à sa folie. Son seul but c’est de redevenir normale et pour cela tout son entourage est prêt à faire semblant de ne rien savoir sur l’agression.

Noah est le fumeur de joints du lycée qui se fout de tout et pour cause : il cherche à oublier et à se détendre. Passant, depuis la mort de ses parents, de familles d’accueil en familles d’accueil toutes aussi infernales les unes que les autres, il ne fait plus confiance en la justice et n’a qu’un seul objectif : récupérer ses petits frères. Aussi, il se contre fiche de ce que peuvent penser les autres de lui et ne cherche pas à être l’élève modèle.

Echo et Noah n’ont rien en commun si ce n’est leur psy et c’est grâce à celle-ci qu’ils vont se rencontrer : Noah séchant les cours, elle va charger Echo de lui donner des cours de soutien pour qu’il rattrape son retard. Les deux sont obligés d’accepter car elle leur propose quelque chose que chacun ne peut pas refuser : Echo a besoin d’argent et Mme Collins s’est engagée auprès de Noah : s’il suit ses cours, il pourra voir ses frères plus longuement. Leur amitié va pourtant se tourner en quelque chose d’autre et va les aider dans leurs deuils respectifs.

 

Comme je vous le disais, l’intrigue n’a rien d’original, pourtant elle est d’une plus grande profondeur que ce que je croyais et je ne m’attendais absolument pas à ce qu’elle soit aussi passionnante. Surtout pour un livre classé New-Adult… Et malgré quelques petits défauts, ce fut une agréable surprise qui m’a étonnée par bien des côtés notamment, et plus le important, par le fait que les personnages ne soit pas sans personnalité ni stéréotypés. Echo s’oppose aux volontés de son entourage et de Noah, elle est loin de l’héroïne cucul si commune dans ces romans et elle grandi et s’affirme sous nos yeux. Quant à Noah, il n’est pas complètement macho et la féministe en moi approuve grandement ces choix. De plus, l’écriture présente le point de vue de deux protagonistes et les alterne régulièrement et il est vraiment très rare qu’ils se plaignent malgré tout ce qui leur arrive, ce que j’apprécie grandement. Mon seul regret est la fin que je trouve trop douce et précipitée à mon gout (mon côté dramatique ^^), mais une lecture pareille ne laisse aucune surprise et je ne peux pas réellement parler de déception car quand on achète un livre ayant un résumé similaire, on ne peut pas vraiment critiquer le dénouement, c’est un peu comme si on signait un pacte avec l’auteur. Bref, cela étant, la fin est largement compensée par les moments que Noah passait avec ses petits frères qui étaient vraiment très émouvants et je dois avouer que McGarry a réussit à me faire passer « du côté » de son personnage ce qui est très rare. Je ressentais la même haine et la même joie que Noah quand il était question de ses frères. Je crois qu’une telle empathie pour un personnage ne m’étais jamais arrivé, et je peux vous garantir que je ne suis pas une personne que l’on peut émouvoir facilement et encore moins avec des gosses. Et c’est véritablement là que je reconnais le talent de l’auteure. Un deuxième tome est sorti et je l’entame dès ce soir (là aussi, rupture avec les traditions ^^). Aussi, je ne dirais qu’une chose : vous vous retrouver l’émotion ressentie à la lecture d’un des livres de Simone Elkeles ? Foncez ! 

 

Extrait

« J’aurais du prendre Echo à bras-le-corps, la hisser sur mon épaule et l’emmener avec moi sans lui demander son avis. Au lieu de quoi, comme l’idiot que j’étais, je lui avais laissé le choix.

En clair, je lui avais laissé la possibilité de me briser le cœur en mille morceaux, exactement comme Beth l’avait prédit.

Je me serais battu. Pourquoi est ce que j’avais préféré écouter Isaiah plutôt que Beth ? Beth savait de quoi elle parlait, pas comme Isaiah, avec ses conseils à la noix qu’il prodiguait à tout le monde mais n’appliquait pas à lui-même.

Bref, j’avais besoin de me faire soigner.

Un quart s’était écroulé. Echo ne viendrait plus, et je n’allais pas continuer à me geler comme ça très longtemps. J’étais attendu, moi aussi. A une fête où il y aurait plein de filles pour me draguer, et de quoi être stone et soûl jusqu’à tout oublier.

Je cherchais les clefs de la voiture dans les poches de mon jean quand la porte du gymnase s’est ouverte, si brusquement que j’ai failli me la prendre en pleine figure. Je me suis apprêté à engueuler l’abruti qui sortait sans faire attention…

Et je suis resté muet.

C’était ma sirène, ma nymphe.

Mon Echo.

Un miracle. Cette fois, je n’allais certainement pas lui laisser une deuxième chance de s’échapper. Je lui ai glissé un bras autour de la taille pour l’entrainer contre le mur du gymnase.

-          Dis-moi que c’est moi que tu as choisi, Echo.

Elle a ouvert les lèvres, ses immenses yeux verts brillaient d’une lueur que je ne lui avait encore jamais vue. »