dimanche 25 septembre 2016

L’été où je suis devenue jolie T1

 
 Couverture de L'Été où je suis devenue jolie
Auteur : Jenny HAN
 
Prix : 8E
 
Edition : Albin Michel (coll : WIZ)
Résumé
Comme chaque été, Belly, sa mère et son frère passent les vacances chez Susannah et ses deux fils, Conrad et Jeremiah. Belly est très attirée par le sombre Conrad, même s'il reste indifférent à elle. Sous le soleil éclatant, les nuages pointent à l'horizon : Belly accumule les conquêtes sous ses yeux tandis que Jeremiah se déclare à elle alors qu'elle le considère seulement comme un ami.
Entre les pichets de thé glacé, les baignades nocturnes, le sel de l'océan sur la peau, un drame couve. Belly dont le coeur bat la chamade, sent que quelque chose va changer, pour toujours...
 
Mon avis
Je ne suis pas encore prête à renoncer à l’été malgré le temps pluvieux et la reprise des cours. Or, que lire quand on ne veut pas abandonner l’insouciance des vacances ? Jenny Han, bien sûr ! Elle seule sait mêler romance, plage et drame avec brio pour nous captiver avec un triangle amoureux des plus basiques.
Belly a toujours passé son été avec la famille de la meilleure amie de sa mère à savoir Susannah et ses deux fils, Conrad et Jeremiah. Chaque été, Belly est impatiente de revoir Conrad qu’elle aime depuis ses 12 ans. Et ce n’est pas sa morosité, son détachement et son agressivité passive qui la dissuaderont de renoncer à lui. Mais l’été de ses 15 ans, Belly change aussi bien physiquement et mentalement et remarque qu’il n’est pas le seul garçon sur terre. Quand à Conrad, il semble enfin remarquer Belly. Jenny Han nous entraîne dans un joyeux chassé-croisé dans lequel chacun apprend à se connaitre.
Le résumé peut sembler bateau avec les deux frères opposés, le passage à l’adolescence, le summer novel. Et pourtant ! Au milieu de toute cette romance et de cette tendresse des souvenirs d’enfants s’immisce une note âpre : le début des regrets de l’enfance, le lent passage à l’âge adulte, la maladie, les séparations… Jenny Han mêle deux genres dans quelques 250 pages et nous captive dans ce roman plus profond qu’il n’y paraît. Nous devenons Belly et nos souvenirs se substituent aux siens : on se souvient de notre premier béguin, de nos premiers déboires amoureux et amicaux, de nos changements physiques mal acceptés. L’auteure nous replonge dans les affres de l’adolescence et nous en montre sa beauté et sa difficulté. Loin de nous peindre une adolescente amoureuse qui nous tape sur le système, elle nous laisse replonger dans cette époque où on est trop grand pour être un enfant et trop petit pour être un adulte. Le lecteur est en empathie totale avec l’héroine qui doit faire face à la froideur de Conrad et la bonne humeur de Jeremiah. Là aussi, nous sommes replongés dans nos souvenirs amoureux pour comprendre Belly. Et on en deviendrait presque jaloux, on veut vivre ses aventures et réagir d’une autre manière. Mais, l’intérêt du roman ne repose pas que sur le triangle amoureux mais plutôt l’univers est merveilleusement dépeint. En moins de 300 pages et grâce aux flash-back, on imagine la maison et je jurerai entendre le doux bruit de la mer en lisant ce livre et les mères (bien que peu présentes) ont une réelle. C’est d’autant plus impressionnant que les descriptions sont peu nombreuses. On se ressource autant que Belly pendant notre lecture et on en sort prêts pour la rentrée !
En bref
Apprécié
Non-apprécié
-          L’écriture sait parler d’imaginaire à imaginaire en un style percutant
-          Les personnages qui prennent vie sous nos yeux
-          Un récit juste sur l’adolescence sans stéréotypes et exagérations
-          Conrad m’exaspère toujours autant, même à la 2eme lecture
 
Extrait
«  Je les ai fusillés du regard. Ils ne voulaient pas que traîne avec des drogués, mais les types réglo ne leur convenaient pas non plus ?
-          Il ne touche pas à ça, d’accord ? C’est pourquoi je doute fort qu’il puisse traîner avec un dealer.
En se grattant la joue, Jeremiah a lâché :
-          Vous savez quoi ? Il me semble que c’est Greg Rosenberg qui vend des amphètes. Greg Kinsey est réglo. Et il a un billard. Je crois bien que je vais aller à sa soirée, moi aussi.
-          Attends, quoi ?
Je sentais la panique monter.
-          C’est une bonne idée, a ajouté Conrad, j’adore le billard.
Je me suis levée.
-          Vous ne pouvez pas venir, vous n’avez pas été invités.
Conrad s’est appuyé contre le dossier de sa chaise en plaçant ses mains derrière sa nuque.
-          Ne t’inquiète pas, Belly, on ne te gâchera pas rencard.
-          Sauf s’il pose un doigt sur toi, a ajouté Jeremiah en frappant du poing la paume de son autre main. Dans ce cas, il mordra la poussière.
-          C’est un cauchemar, ai-je gémi. Je vous en supplie, les gars, ne venez pas. S’il-vous-plaît, s’il-vous-plaît, ne venez pas.
Jeremiah m’a ignorée.
-          Qu’est ce que tu comptes mettre, Rad ? »
 
A savoir
Parue il y a plusieurs années, il s’agit de la 1ere trilogie de Jenny HAN. Voici mon avis sur une autre trilogie, Le Pacte :
Et sur Les Amours de Lara Jean : A tous les garçons que j'ai aimé :