samedi 8 août 2015

La Cité des Ténèbres T6 – La cité du feu sacré


 

Couverture : La Cité des ténèbres, tome 6 : La cité du feu sacré
Auteur : Cassandra Clare  
 
Prix : 18E  
 
Edition : PKJ  

Résumé

Les ténèbres s'abattent sur le Monde Obscur. Le chaos et la destruction se propagent à une vitesse terrifiante. Clary, Jace, Simon et leurs compagnons rassemblent leurs forces pour faire face au démon le plus puissant qu'ils aient jamais affronté : Sébastien, le frère de Clary. Rien ne semble pouvoir l'arrêter. L'unique espoir de l'anéantir se trouve au cœur du Royaume des Démons. Mais, pour les Chasseurs d'Ombres, ce voyage exige de lourds sacrifices. La quête s'annonce plus difficile que jamais ...

Mon avis

Et allez, encore une série de terminée. Je suis toujours aussi partagée entre mes deux ressentis habituels x). Si je suis contente de savoir le fin mot de l’histoire mais je vais terriblement regretter les personnages et particulièrement Jace, je l’avoue ^^

La lutte contre Sebastien s’intensifie au fur et à mesure que son emprise et sa puissance prennent de l’ampleur. L’armée des Obscurs grossit à vue d’œil à chaque attaque et les Chasseurs d’Ombres ne vont pas tarder à être dépassés. Les jeux d’alliance sont désormais nécessaires mais l’Enclave est toujours aussi indécise et les Créatures Obscures de plus en plus divisées et attaquées par Sébastien. Comme si la situation n’était pas assez désespérée, et comme d’habitude, Jocelyn a été capturée (je crois qu’elle aura passé la série d’une prison à une autre ^^) mais Luke, Magnus et Raphaël le sont également. Clary et ses compagnons se lancent alors dans une chasse à l’homme pour les ramener.

Je dois avouer que le livre est un véritable pavé et j’avais peur de me lasser au bout d’un moment. Mais pas du tout ! Clare multiplie les points de vue pour donner un ensemble à la fois homogène et hétéroclite qui ne lasse pas son lecteur. En plus de suivre le groupe habituel, on voit l’évolution de Sébastien et de ses prisonniers, on suit le Zachariah nouvellement transformé et les délibérations de l’Enclave au moyen des nouveaux personnages que sont les enfants Blackthorn et Cartairs. On pourrait croire que l’histoire se répète, mais ici aussi, ce n’est pas le cas. Clare est décidément une grande commerciale et mêle habilement des références à d’autres de ses séries. Le lecteur est donc attaché aux personnages et quête chacune des références faites au prequel des Origines (The Infernal Device en anglais). Elle réussit à tisser un arbre généalogique des plus complexes où se croisent les personnages de ces deux séries. Vous croyiez ne plus entendre parler de Will Herondale, Jem Cartairs ou Tessa Grey ? Un conseil, relisez la série pour comprendre les multiples clins d’œil. Et ce n’est pas fini ! Elle annonce un spin-off sur Magnus Bane, un autre sur Simon et un dernier sur les enfants Cartairs et Blackthorn. On a l’impression de voir une fresque semblable à La Comédie Humaine ou Les Rougon-Macquart qui prend naissance sous nos yeux ébahis. Bref, 800 pages de bonheur mais, et c’est là le coup de maitre, où se mêlent nostalgie, action et questionnements. Non, ce livre n’est pas creux comme beaucoup. Il sonne juste et appelle des questions de philosophie. Voilà la grande différence entre un livre jeunesse réussit et un autre où l’on ne ressent rien et que l’on lit parce qu’il est dans sa PAL. Outre sa richesse littéraire explicite (Hamlet pour ne citer que lui), Cassy Clare nous fait nous interroger sur l’Homme : est-il mauvais par nature ? L’éducation change-t-elle l’individu ? (cf : Rousseau). On ressent le travail de l’écrivain au travers de cette richesse intellectuelle, de l’humour constant et par le travail autour des personnages qui est fait de telle manière qu’ils semblent prendre vie. Les personnages ont évolués tout en restant, d’une certaine manière, les mêmes. Par ailleurs, l’épilogue clôt à merveille la série et laisse un goût doux-amer de circonstance. Un dernier tome à la hauteur des premiers qui donne envie de se mettre sous la couette pour relire toutes les parutions de cette merveilleuse écrivaine qui mérite amplement les récompenses obtenues.

 

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Qualité de l’écriture : multiplicité des points de vue, richesse littéraire, questionnements
-          Personnages : toujours égaux à eux-mêmes tout en ayant évolué
-          L’humour des situations et des dialogues
Rien qui gâche le plaisir, mais il manque un arbre généalogique pour se repérer. Mais c’est un détail insignifiant
 

 

Extrait

« — Essaie de te représenter quelque chose d’apaisant. Une plage à Los Angeles : le sable blanc, l’écume des vagues… Tu marches sur le rivage…

 Jace ouvrit un œil.

 — Ça a l’air très romantique.

 Le garçon assis en face de lui soupira en passant la main dans ses cheveux bruns ébouriffés. C’était une journée glaciale de décembre, mais les loups garous ne ressentaient pas autant le froid que les êtres humains, et Jordan avait ôté sa veste et retroussé ses manches. Ils étaient assis face à face dans l’herbe brune d’une clairière de Central Park, les jambes croisées, les mains posées sur les genoux, les paumes tournées vers le ciel. […] Jordan claqua des doigts sous son nez.

 — Hé, tu m’écoutes ?

 Jace fronça les sourcils.

 — Je t’écoutais jusqu’à ce que tu décides de marcher sur les plates-bandes des mauvaises publicités.

 — Bon, alors quel genre de chose t’apaise ?

 Jace ôta les mains de ses genoux pour s’appuyer en arrière sur les coudes. La position du lotus lui donnait des crampes aux poignets. […]

 — Tuer des démons. Une belle tuerie bien propre, ça me relaxe toujours. Quand ça tourne à la boucherie c’est plus embêtant, parce qu’il faut nettoyer après…

 — Non !

 Jordan leva les bras au ciel. Les manches retroussées de sa chemise laissaient voir ses tatouages. Shanti, shanti, shanti. Jace savait que cela signifiait « la paix qui dépasse la compréhension des choses », et qu’on était censé prononcer ce mot trois fois de suite dès qu’on récitait un mantra destiné à calmer l’esprit. Mais, ces derniers temps, rien ne parvenait à l’apaiser. Le feu qui courait dans ses veines le faisait ruminer, les pensées se succédaient à toute allure dans son esprit comme es bouquets d’un feu d’artifice. Il faisait des rêves extrêmement détaillés et saturés de couleurs. Il avait essayé de se changer les idées en s’entraînant pendant des heures, allant un jour jusqu’à se casser plusieurs doigts. Mais il n’avait réussi qu’à agacer Alec à force de lui demander des runes de guérison. Lors d’une journée mémorable, il avait même mis accidentellement le feu à une poutre.

C’était Simon qui leur avait rappelé que son colocataire pratiquait la méditation au quotidien, soulignant que cette habitude lui avait permis de contrôler les accès de rage qui accompagnaient souvent sa transformation en loup-garou. De là à ce que Clary suggère que Jace devait « tenter le coup », il n’y avait eu qu’un pas. Ils en étaient à leur deuxième tentative, la première s’étant soldée par un échec. Jace avait brûlé le plancher dans l’appartement de Simon et de Jordan, aussi celui-ci avait-il suggéré que la seconde séance se déroule à l’extérieur afin d’éviter d’autres dégâts domestiques.

 — Non, pas de tuerie, poursuivit-il. On essaie de se détendre, là. Le sang, le meurtre, la guerre, ce ne sont pas des choses apaisantes. Qu’est-ce qui t’intéresse à part ça ?

 — Les armes, répondit Jace. J’aime bien les armes.

 — Je commence à penser que là, on est face à un problème de philosophie personnelle. »

 

***

« — Tu es toujours en colère parce que j’ai cassé ton téléphone ? reprit Jace. Tu m’as cassé le poignet, alors pour moi on est quittes.

 — Il était foulé, pas cassé. Foulé !

 — Et maintenant, qui se dispute, hein ? les provoqua Simon.

 — Toi, tais-toi. (Alec lui adressa un vague geste de dégoût.) Chaque fois que je te regarde, je me rappelle être entré ici et t’avoir vu vautré sur ma sœur.

 Jace se redressa.

 — Je n’ai pas entendu parler de cette histoire.

 — Oh, ça va… fit Simon.

 — Simon, tu rougis, observa Jace. Or en temps normal les vampires ne rougissent pas, donc ce doit être croustillant. Et tordu. Est-ce que votre petit jeu bizarre impliquait un vélo ? Un aspirateur ? Une ombrelle ? »

 

A savoir

Sur les tomes précédents

Vous pouvez retrouver mes avis :

Sur la série originale La Cité des Ténèbres
Sur son prequel Steampunk : Les Origines
 

 

Les spin-off sur Magnus et Simon

Je ne veux pas vous détailler l’objet de ces spin-off pour ne pas vous spoiler. Ces livres sont écrits en référence directe à la fin du T6 sous forme d’e-novellas. Ce ne sont donc pas vraiment une série mais plutôt un ensemble de nouvelles. Chaque nouvelle est en vente sur Amazon pour une moyenne de 3E.

Ils ont été coécrits avec des auteurs :

-          Sarah Rees Brennan (Kiss me deadly)

-          Maureen Johnson (Hantée, Flocons d’amour)

-          Robin Wasserman (Lumen)

The Bane Chronicles

Le livre a été traduit en France mais n’a pas été imprimé.

 

Tales from the Shadowhunter Academy

Vous pouvez retrouver les liens vers les nouvelles parues et disponibles chez Amazon : http://www.cassandraclare.com/my-writing/novels/tales-from-the-shadowhunter-academy/

 

Le spin-off sur les Blackthorn et les Carstairs : The Dark Artifices

Vous trouverez à la fin du T6 un extrait de cette nouvelle série. Le T1 s’intitulera Lady Midnight et sortira certainement en France vu qu’ils ont commencé la promo de cette façon.

La parution aux Etats-Unis est prévue pour le 8 mars 2016, on a donc le temps x)

Ils prévoient 3 livres : Lady Midnight, The Prince of Shadows, et The Queen of Air and Darkness

 
Couverture : The Dark Artificies, Tome 1 : Lady Midnight
Los Angeles, 2012. Cela fait 5 ans que les événements qui ont failli plonger le monde des Chasseurs d'Ombres dans l'oubli se sont produits. Cinq ans qu'Emma Carstairs, jeune Chasseuse d'Ombres a perdu ses parents. Après tout le sang versé et la violence dont elle a été le témoin durant son enfance, Emma a consacré sa vie à l'éradication des démons et à être la meilleure, la plus rapide et la plus redoutable Chasseuse d’Ombres depuis Jace Lightwood.
Élevée à l'Institut de Los Angeles, Emma est liée comme parabataï et meilleur ami Julian.
Alors qu'elle pourchasse les meurtriers de ses parents, la piste qu'elle poursuit la conduit tout droit vers des personnes envers qui elle avait toute confiance.

 

Une nouvelle série : Le Magisterium

 Couverture de Le Magisterium, Tome 1 : L'Épreuve de Fer
Le Magisterium T1 : L’épreuve de Fer de Cassandra Clare
 
Dans une grotte, un nouveau-né abandonné. Gravée dans la glace, une inscription de la main de sa mère : « tuez cet enfant »...
 
Douze ans plus tard. Callum Hunt est devenu un garçon comme les autres. Ou presque. Car il a tout fait pour ignorer la magie qu'il portait en lui. Mais à présent Cal est rattrapé par un don qu'il n'arrive pas à maîtriser, et il doit intégrer le Magisterium. Un endroit fabuleux et terrifiant, ou il va découvrir les secrets obscurs de son passé. L'Épreuve de Fer commence à peine. Le plus grand défi reste à venir...
 
 Découvrez dès maintenant un extrait du roman: http://bit.ly/1yhO8s8