lundi 29 juin 2015

Invisibilité



Couverture de Invisibilité
Auteurs :
-          Andrea Cremer
-          David Levithan
 
Prix : 16E
 
Edition : Albin Michel

Résumé

Stephen est invisible depuis toujours.

Une malédiction impossible

Jusqu’au jour où Elisabeth le voit

Elle seule peut briser le sort

Au risque de les séparer à jamais

 

Mon avis

C’était l’un des livres que j’attendais avec beaucoup d’impatience, non pas pour son résumé, mais parce qu’il était écrit par Andrea Cremer et l’éditeur de John Green. Je m’attendais à un truc vraiment extraordinaire mais c’était franchement assez bof-bof. Je suis assez déçue du manque d’originalité, des dialogues plats, et de l’action. J’avais l’impression de lire un film de série B.

Stephen est invisible. Ce n’est pas un fantôme : quand on le bouscule dans la rue, il le sent. Il peut se donner une consistance mais ça lui demande beaucoup de concentration. Il est né comme ça, il y est habitué. Alors imaginez sa surprise quand, un jour, une fille le voit et le traite comme un être normal…

J’ai déjà chroniqué Andrea Cremer que j’avais découverte grâce à sa série Nightshade et j’avais déjà été déçue par sa seconde série steampunk. J’en viens à me demander si Nighshade est la seule série réussie de cette auteure… Quant à David Levithan, je ne peux pas trop me prononcer vu que c’est la 1ere fois que je le lis, mais je pense qu’il est meilleur en éditeur qu’en auteur… Voilà en quoi réside ma grosse déception : les livres de John Green et Nightshade ont de l’esprit : ils sont drôles, émouvants, agréables. Là, c’était assez lourd et sans intrigue originale, ni rebondissements. C’est la 1ere fois que les deux auteurs coécrivent ensemble et ça se sent car c’est assez maladroit. L’histoire est divisée en 2 parties : une 1ere sur la relation entre Elisabeth et Stephen et une seconde sur la malédiction de Stephen. Autant la 1ere partie est pas mal, autant je dois avouer que la seconde partie est très mal traitée. Les dialogues sont stéréotypés et l’action prévisible ; à un moment, j’ai même ri comme si j’étais devant un film de seconde zone. Il n’y a que la fin qui ne soit pas totalement prévisible et qui rattrape un petit peu le reste. Elle est assez ouverte pour mettre en place un tome 2 mais peut également s’en passer. Pour ma part, ce n’est pas une lecture dans laquelle je me suis immergée, le sort des personnages ne m’intéressait que très peu car je n’ai pas accroché avec eux. Ils étaient froids, lisses, ne possédaient pas de caractéristiques, n’avaient pratiquement pas d’émotions. Je pense que s’ils avaient été un peu plus attachants, tout aurait pu être inversé. L’intrigue n’aurait pas été plus originale mais au moins, elle aurait été intéressante car je me serai demandé comment ils allaient démêler ce nœud. Si je peux vous conseiller quelque chose, c’est de passer votre chemin et d’aller découvrir Nightshade ou d’autres livres parce que celui-ci n’est vraiment pas passionnant.

 

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Ecriture rapide qui permet d'enchainer de façon fluide les chapitres
- La fin : plutôt convaincante et moins stéréotypée que le reste du livre  
-          Les personnages
-          Le manque de surprise

 

A savoir

Je ne sais pas s’il y aura une suite, pour être franche, je ne l’espère pas et même si c’est le cas, je ne la lirais pas.

Mon avis sur la série steampunk d’Andrea Cremer, Le Secret de l’inventeur : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2015/04/le-secret-de-linventeur-t1-rebellion.html