dimanche 24 mai 2015

Perdue et retrouvée



 Couverture de Perdue et retrouvée
Auteur : Cat Clarke
 
Prix : 17E
 
Edition : Robert Laffont (collection R)

Résumé

Essayez d'imaginer : une enfant kidnappée. Une famille déchirée.

Lentement, au fil des ans, cette famille va recoller les morceaux. Elle reste un peu fragile, bien sûr, mais toujours unie.

Et voilà que l'enfant, devenue adulte, revient à la maison... C'est là que l'histoire commence.

Et si la fin du cauchemar n’était que le début d'un autre ?

 
Mon avis

Cat Clarke c’est un peu l’évènement de l’année en sortie livresque. Du moins, pour moi, même si je ne suis pas intégralement fan de son œuvre. Bref, j’adore la lire tout de même. The Lost and the Found était donc attendu avec impatience et je n’ai pas regretté cette lecture. Pas une seule seconde.

Vous connaissez l’affaire du petit Gregory ? « 30 de mystère » voilà comment on titre l’affaire. Aujourd’hui encore, il y a des rebondissements dans l’enquête et elle passionne toujours autant, le corbeau n’a toujours pas été identifié et nous ne saurons certainement jamais rien de ce qui s’est passé en dépit des films et des livres sortis. Laurel Logan c’est la même chose au Royaume-Uni. Faith Logan n’est pas qu’une simple jeune fille de 17 ans. Elle est la sœur de la Petite Laurel Logan. Bref, elle a toujours vécu dans l’ombre de sa sœur : ses amis éprouvaient une fascination morbide parce qu’ils connaissaient une célébrité et ses parents doivent vivre avec le spectre de leur fille ainée disparue depuis plus de 13 ans. Mais un jour, l’ombre prend consistance : Laurel est de retour.

Faith est une héroïne avec laquelle j’ai immédiatement accroché : elle est drôle, elle est lucide et elle est forte. Comme toujours, Clarke rend ses personnages vivants : j’ai adoré Faith et j’ai ressenti exactement ce qu’elle a éprouvé : je me suis méfiée au début puis, j’ai carrément haï Laurel au milieu, et je suis restée mitigée à la fin. Cette fois-ci, pas de protagonistes en dépression ; au contraire : on assiste à la joie d’une famille enfin réunie après que l’une d’entre eux ait vécu l’horreur. Rien que la joie ? Pas sur… Clarke traite d’un sujet sensible, difficile et montre la réalité des choses. Une lecture choquante et assez angoissante qui pourrait tourner au mauvais polar, heureusement que son écriture sonne juste. Quoi qu’il en soit, Clarke est aussi claire, directe et courageuse dans ses prises de positions qu’à son habitude. Oui, Jeannette Hayes a raison. D’ailleurs, j’ai cherché et impossible de trouver ce livre. Je ne sais donc pas s’il existe ou non. Je ne sais donc pas s’il s’agit d’une invention... J’espère que ce n’est pas le cas. L’histoire, comme l’écriture, est poignante et affreusement réaliste : on accroche et, à chaque page tournée, on s’attend au pire. C’est Cat Clarke après tout. Et puis arrive le dernier chapitre. On ne sait toujours pas comment ça va finir mais on redoute moins le choc. Après tout, comment ça pourrait être pire ? Et arrive enfin le dernier paragraphe. Et là, on se prend une claque, pas comme celle de Revanche, mais tout de même. Lecture inoubliable, on reste bouleversé avec une phrase en tête : « oh mon dieu ». Du Cat Clarke dans toute sa splendeur.

 
Extrait

« C'est un mensonge. Tout compte. Chaque petit bout de l'histoire. Mais nous ne pouvons pas changer le passé. Je me surprends à formuler en silence le vœu d'être la meilleure sœur qui soit - d'agir le mieux possible pour rattraper les années perdues. C'est le moins que je puisse faire. »

 

A savoir

Comme toujours, il s'agit d'un one-shot ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de suite.

Vous pouvez retrouver mes avis sur les lectures précédentes de Clarke ici :

-          A kiss in the Dark : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2014/07/a-kiss-in-dark.html