jeudi 21 août 2014

Starcrossed T3 : Goddess


 

Couverture de Goddess, Tome 3
Auteur : Joséphine Angelini

Résumé de l’éditeur

Les pouvoirs d’Hélène augmentent-tout comme la distance entre elle et ses amis mortels. Pour compliquer la chose, l’Oracle révèle qu’un traître se cache parmi eux et tous les doigts se pointent sur Orion. Toujours indécise sur sentiments envers Lucas et lui, Hélène est forcée de prendre une décision terrifiante ou de tout risquer dans une guerre.

 

Résumé détaillé

Chose promise, chose due. Comme pour le second tome, je vais vous faire un résumé détaillé du dernier tome de la série de Joséphine Angelini. Pour le tome 1, publié en français, je me suis contentée de donner mon avis et un extrait (http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2014/08/starcrossed-t1.html) et pour le 2, j’ai fais un résumé avec spoilers, pour savoir ce qu’il se passe avant, je vous conseille donc d’aller jeter un coup d’œil ici : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2014/08/starcrossed-t2-dreamless.html (extraits traduits fournis ^^).

Nous reprenons donc l’intrigue au lendemain de tous les évènements qui ont constitués le tome 2 et nous apprenons que les émeutes provoquées par Arès, Eris et Terror ont fait plusieurs blessés et quelques morts dont Hergie fait malheureusement partie.

Hélène découvre les conséquences moins visibles du rituel d’Arès. Etant « blood brother » avec Lucas et Orion, elle se découvre des nouveaux pouvoirs. Désormais, elle est capable de lire dans les cœurs (Orion est un fils d’Aphrodite) et de créer des tremblements de terre mais aussi, comme Lucas, de savoir si ce que dit une personne est un mensonge ou non. Conséquence d’avoir bu dans la rivière Léthé, elle a également des flash-back sur les vies d’Hélène de Troie et de Guenièvre. Cette faculté lui permet donc de revoir les derniers jours de la ville de Troie.   

En outre, de nombreuses agressions se multiplient, et les animaux tels que les chevaux, les aigles et même les dauphins se mettent à attaquer des humains. Il s’agit en fait des dieux transformés en leur animal fétiche qui veulent prouver à Hélène qu’ils sont bel et bien libérés de l’Olympe et qu’ils peuvent agresser son peuple si l’envie leur prend. Andy, une demi-sirène, fait partie des victimes et elle est poursuivie par Apollon, lui-même. Et Hélène et ses amis savent parfaitement bien que lorsque Apollon souhaite une fille, rien ne peut l’empêcher de l’avoir (je pense à Apollon et Daphné qui n’a pu lui échapper qu’en se transformant en arbre). Bref, il se trouve qu’Andy ne va pas se transformer en arbre et donc, ils décident de la prendre sous leur aile. Et là, coup de foudre ! Andy, Andromaque… Vous pigez ? Hé ouais, Hector est pris maintenant (enfin, pas de suite car n’oublions pas qu’Hector est le portrait craché d’Apollon). La situation ne vous paraît pas assez tendue comme ça ? Rajoutez-y la prophétie de Cassandra selon laquelle un Tyran se cacherait parmi eux... Tous les soupçons se portent sur Orion car, selon cette prophétie, le Tyran a :

-          le sang des Maisons mélangé (Orion est l’enfant de deux différentes maisons)

-          la faculté de détruire toutes les villes de la planète (il a le pouvoir de créer des tremblements de terre)

-          est né de la violence et est aussi dangereux qu’Hitler

-          est plus fort que tous les dieux réunis du fait de ses pouvoirs

-          est censé remplacer Hadès (Orion étant son sosie…)

Ils découvrent également la véritable cause de la guerre de Troie ; le Tyran est craint par les demi-dieux depuis bien longtemps et c’est la raison de l’expédition des grecs contre Troie : la crainte que Pâris et Hélène n’en engendrent un. Matt, décidant de sauver son monde, prend la tête des Myrmidons qui le reconnaissent comme la réincarnation d’Achille grâce à la dague d’Automédon.

Hélène tente toujours de ne pas se rapprocher de Lucas et se tourne vers Orion. Cependant, il lui raconte son histoire (sa mère a tué son petit frère, dont il est le sosie, pour protéger son enfant et est devenue folle. Dédale, le père d’Orion, a donc décidé de s’occuper d’elle et il a donc dû abandonner son fils vu que tous les deux étaient des Proscrits, Orion subissait l’influence des Furies qui l’encourageait à les tuer. Et même délivrés des Furies, sa mère devient hystérique quand elle le voit, croyant voir son frère). Il lui explique qu’il refuse de se contenter du second rôle et lui demande de le laisser s’en aller. Lucas, pendant ce temps, croit qu’Hélène et Orion sont définitivement ensemble. Ce tome nous dévoile un peu plus Orion et ses pouvoirs. En effet, il est protégé par Némésis et les Moires ne peuvent pas le voir, ni ceux qui se trouvent autour de lui. Et comme Cassandre est harcelée de visions dans lesquelles elle se mutile de plus en plus, celle-ci se rapproche d’Orion pour éviter d’en avoir de nouvelles. Le problème est que l’Oracle appartient aux Moires et que si elle se met à aimer un homme, il sera poursuivi par la vengeance des trois femmes. Mais, on apprend plus tard que ce n’est pas un problème pour Orion car elles ne peuvent pas le toucher.

Un nouveau talent d’Hélène va se développer et mettre à jour la prophétie. Hélène est une constructrice de monde (« worldbuilder ») comme Morphée, Morgane la Fée, Atlanta, Zeus et Hadès. Ce dernier lui apprend à maîtriser cette compétence et la prévient que les Moires vont faire en sorte qu’elle en crée un pour donner à Zeus une raison de l’attaquer et de l’envoyer au Tartare. Il se trouve que les duels singuliers entre le champion des dieux et celui du worldbuilder règlent ce problème. Hélène créera un nouveau monde et pourra y emmener les personnes qu’elle souhaite pour les rendre immortelles, ce qui crée de nouveaux dieux. Elle refuse ce pouvoir et annonce qu’elle ne créera rien du tout. Mais Hadès lui affirme le contraire et que, comme dans le passé, cela se règlera dans le sang : ou Hélène sera éliminée et son monde mourra avec elle, ou elle gagne et Zeus sera défait et l’Olympe détruite. Elle pourra donc envoyer les dieux au Tartare et elle et ses amis remplaceront les Douze. On apprend également que la prophétie de Cassandre selon laquelle l’Atlantis renaitra le jour où il ne restera plus qu’une seule Maison a été mal interprétée et qu’Atlantis ne pourra jamais revenir car Atlanta, sa créatrice, est morte. En racontant cela à ses amis, ils décident de choisir un champion au cas où. Hector est évidement désigné et Lucas en tant que second champion. Orion protège Cassandra ; les Maisons sont de nouveau officiellement réunies car la Maison d’Atrée mène la lutte protégée par celle de Thèbes et celles de Rome et d’Athènes protègent Thèbes.

Ils réunissent donc les principaux membres de chaque Maison mais la réunion tourne mal et Lucas se prend un éclair d’Hélène. Il meurt électrocuté et pour le sauver, elle crée son monde, Everyland, ce qui lui permet de le rendre immortel. Il restera éternellement jeune et ne mourra que lorsqu’il en aura décidé ainsi. Ils retournent sur Terre où Zeus demande un duel. Hector devra se battre contre le champion de Zeus, Achille. Surprise pour tout le monde : Matt sait qu’Hélène est le Tyran et veut la tuer et pour cela il doit d’abord battre Hector. Deux coups de théâtre se produisent alors, outre la trahison de Matt, il y a celle de Pallas, Claire et Ariane qui ont rejoints Tantale et les dieux ; mais bien plus important, Hector est tué ! Lucas demande alors un arc et une flèche et tue Matt puis disparait. Il prend une obole pour aller dans le monde des morts où il échange sa vie contre celle d’Hector : il revient à la vie et Lucas prendra la place de « lord of the dead » qu’Hadès n’a jamais désirée pour qu’il puisse enfin retrouver sa liberté. Sautant sur l’occasion, Hadès accepte et Hector revient à la vie. Lorsqu’il raconte cela à Hélène et ses amis, Daphné devient hystérique répétant qu’Orion devait être le Tyran. Et elle s’explique alors. Elle a risqué plus d’une douzaine de fois sa vie pour pouvoir approcher le monde des morts et son seigneur. Elle a alors proposé sa vie en échange de celle d’Ajax mais Hadès a toujours refusé (elle ne lui a jamais proposé de lui rendre sa liberté). Comprenant qu’elle n’obtiendrait rien de lui, elle a mis au point un plan. Trouver le Tyran, s’en occuper et faire en sorte que celui-ci tombe amoureux de sa fille. Elle espérait donc qu’Orion soit ce Tyran et qu’Hélène lui demande de ramener son « père » à la vie. Comment aurait-il pu refuser cela à sa bien-aimée ? Daphné aurait alors retrouvé Ajax. Mais lorsqu’Hélène a rencontré Lucas, les plans de Daphné sont tombés à l’eau et elle a donc précipité son mensonge pour ne pas qu’ils deviennent trop proches.

Hélène plonge à son tour plonge à son tour dans l’Underworld, apprend à Lucas qu’ils ne son pas cousins puis demande à Hadès de revenir sur son marché. Les Erinyes s’en mêlent et Hélène réussit à leur prouver que Lucas n’est pas fait pour régner sur les morts. Hadès conclut alors un marché : il laisse repartir Lucas et le jour où il en a vraiment marre, il l’appellera et celui prendra le relais. Lucas accepte en dépit des protestations d’Hélène arguant que c’est la vie.

Revenus, Hélène voit que sa mère a subtilisé son armure et, sous ses traits, demande à se battre en duel avec Tantale. Trop heureux de pouvoir se débarrasser du Tyran, il accepte et Daphné lui dévoile pendant une seconde son véritable visage. Tantale ne dénonce pas le subterfuge et en guise d’excuses lui dit que tout ce qu’il a fait c’est parce qu’il l’aimait. Daphné et lui se battent et meurent tous les deux. Ses dernières pensées vont à Ajax qu’elle a enfin vengé. L’armée de Tantale est constituée d’humains hypnotisés et des Myrmidons qui sont, quant à eux, déchainés et veulent tuer Hélène. Poséidon appelle à lui le Kraken. Voyant des morts de tous les côtés, Hélène emporte ses amis dans Everyland pour qu’ils soient immortels puis demande à négocier avec Zeus. Elle fait la promesse de lui donner Everyland et de se laisser mener au Tartare en échange de quoi, ses amis et sa famille sera en sécurité des dieux. Zeus accepte et se rend avec elle sur Everyland pour en prendre possession mais Hélène l’enferme dedans et lui annonce qu’il en sera libre lorsqu’elle mourra. Etant immortelle, ce n’est pas gagné… Puis elle repart dans le monde mortel où elle menace Poséidon de lui faire subir le même sort qu’à Zeus s’il ne retire pas immédiatement le monstre des mers et ordonne aux dieux de se disperser. Ils obéissent et la bataille prend enfin fin.

 

Extraits (traduction perso, on copie, on crédite svp)

P 111 : allez, on y va pour mon petit chouchou ^^

« Non plus que ça, pensa-t-elle. C’est un guerrier mais aussi une sorte de légende. Dès que cette pensée lui traversa l’esprit, elle vit son attitude perdre toute la férocité qui la caractérise, et quelque chose de vulnérable et triste s’installer dans son corps nerveux.

-          Elle ne peut pas rester à côté de moi, Hélène.  La seule fille, la seule fille qui a jamais remué quelque chose en moi - et je l’horrifie

Il baissa ses poings et se pencha vers le sac, faisant ainsi face à Hélène.

-          Je pourrais le supporter si elle pensait que je suis un idiot ou un porc. Je pourrais éventuellement lui prouver que ce n’est pas le cas. Mais la peur ? Il secoua la tête. Je n’ai aucune chance. Je ne peux pas la poursuivre parce qu’il le fait. La seule chose que je peux faire, c’est rester loin d’elle, comme elle me l’a demandé. Le problème est que… je ne sais pas si je le peux faire.»

 

P 137

« Orion. Je suis désolée, OK ? Appela Hélène derrière lui. Il ne ralentit pas. Elle ralentit pour le retenir, mais il était toujours plus rapide.

-          Pourrais-tu juste attendre ?

-          Pourquoi ? dit-il en se retournant. Qu’est-ce qui va être si différent entre toi et moi entre ces 5 dernières minutes, maintenant, ou dans 5 ans ? Je ne peux pas l’attendre toute ma vie, et tu es toujours amoureuse de Lucas.

-          Mais je t’aime aussi, bégayât-t-elle.

-          Je sais dit-il péniblement. Mais pas comme tu l’aimes, lui.

Orion s’assit sur le sable, Hélène se campa devant lui les mains sur les hanches.

-          Peut-être que ce n’est pas le même, mais ça ne veut pas dire qu’éventuellement… commença Hélène

Mais il n’y avait pas d’ « éventuellement » et Hélène le savait. Même après qu’elle ait touché l’eau de la rivière Léthé et qu’elle ne pouvait même pas se rappeler son propre nom, elle se souvenait toujours de Lucas. Elle ne l’a jamais oublié. Lucas était fait pour elle. Orion la repoussa doucement et soupira.

-          Mes parents sont comme toi et Lucas, tu sais ? Ils s’aiment plus que tout au monde, même plus qu’ils m’aiment moi. J’ai passé toute ma vie à me demander ce que ça pouvait faire d’être aimé comme ça. Etre aimé plus que tout. Il regarda Hélène dans les yeux, son regard était résolu et blessé. Je sais que tu m’aimes, Hélène. Mais est-ce que pour une fois je ne mérite pas d’être le premier choix de quelqu’un ? »

 

Epilogue

« Les patriotes ont gagné donc le père d’Hélène était de bonne humeur toute la soirée. […] Jerry et Kate attendaient leur mariage en mai pour officialiser leur vie commune. Pour Hélène, c’était le parfait dimanche soir « souper avec petit-copain » qu’elle pensait ne jamais avoir […]

Hélène et Lucas n’avait pas cours le matin suivant -pas parce que le lycée était toujours en reconstruction (c’était le cas) mais parce que c’était les vacances d’hiver. En dépit du fait que le lycée avait presque était détruit, les élèves avaient repris normalement les cours, esquivant les gravats et portant leurs manteaux dans les salles de cours gelées sans manquer trop de jours car Les Baleiniers sont entêtés. Le club de théâtre avait commencé à répéter Le songe d’une nuit d’été malgré le fait qu’il fasse en dessous de zéros degrés et que le parking serve de pièce de répétition puisque l’auditorium n’existait plus. Le show doit continuer. Hergie aurait été fier.

Il y avait toujours de la confusion dans les esprits à propos de ce qui c’était passé. Pendant

un mois et demi, tout le monde à Nantucket parlait du « raz de marée » qui avait abimé la plage, tuant douze personnes et blessé plusieurs autres après les émeutes d’Halloween. C’était  l’unique sujet de conversation au News Store et au Kate’s Cakes. Tout le temps, un client demandait à Hélène si elle se souvenait de ce jour, elle répondait qu’elle trop loin pour avoir vu la vague et qu’elle en était contente. Ensuite, elle leur donnait un peu plus de café.

Quelques personnes rappelaient du Kraken, mais elles croyaient à une hallucination. Et quand certains persistaient, la famille Délos leur présentait Andy pour une petite « discussion ». Ses pouvoirs de sirènes étaient pratiques pour faire en sorte que personne ne panique et pour donner une histoire aux journalistes qui commençaient à tourner autour de l’île. Hélène chargea Hypnos de les hypnotiser et de leur faire souvenir de quelque chose d’autre. La plupart du temps ça marchait, mais il y avait toujours des histoires à propos de calamars géants attaquant l’île de Nantucket. Un nouveau mythe était né, et Hélène supposa que cela marquait un nouveau départ pour les habitants de Nantucket.

Comme Hypnos, les autres dieux mineurs se sont dépêchés de passer du côté d’Hélène. Ils étaient du mauvais côté quand l’Olympe s’était réveillée et maintenant ils faisaient tout ce qu’Hélène leur demande -à commencer par nettoyer le désordre que la bataille a laissé derrière elle et aider à vendre l’histoire du raz-de-marée. Hélène ne pouvait pas rendre la vie à ces 12 personnes ; elle était juste heureuse que les pertes soient si basses.

Les demi-dieux n’avait pas été si chanceux. Chaque Maison avait souffert de sévères pertes, et la maison de Thèbes plus particulièrement. Castor était maintenant le leader, et il y avait beaucoup de personnes qui chuchotaient qu’il aurait toujours dû l’être, sans regarder quel frère Délos était né en 1er. Dédale avait abondé en ce sens. Il avait même fait un discours mémorable, acceptant de partager la direction de sa Maison avec Orion et sa Maison lui a pardonné son fratricide.

Toutes les Maisons voulaient se reconstruire, tout comme l’armée de Poséidon, malheureusement. Hélène était consciente que les demi-dieux auraient affaire à cette menace de nouveau. Poséidon et les autres Olympiens ne pouvaient pas maudire ses amis ou sa famille, mais ils pouvaient toujours trouver des moyens de travailler contre eux. Les demi-dieux devaient toujours s’y tenir prêts. […]

Hélène et Lucas étaient pleinement conscients du fait qu’il pouvait être appelé à tout moment pour servir l’Underworld. Il avait insisté pour qu’Hélène reste sur terre pendant qu’il se rendra à Hadès, malgré le fait qu’elle pensa que c’était une idée ridicule. C’était un argument qu’ils étudiaient mais Hélène était presque sûre qu’elle avait gagné. Il n’y avait aucun moyen pour qu’elle vive sans lui, et elle savait qu’il ne pouvait pas vivre sans elle non plus. Elle supposait que dans un ou deux siècles, il abandonnerait à la différence des Myrmidons. Il n’en restait que 3 et Hélène en était heureuse. Elle savait qu’ils la traqueraient pour l’éternité, cherchant toujours un moyen de se débarrasser d’elle. Hecto surveillait la famille comme un faucon et se tenait toujours au courant de l’avance des Myrmidons. Hélène ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il aimait cela. Hector était toujours plus heureux quand un de ses proches a besoin d’être protégé.

La seule personne qu’il ne pouvait pas sauver était Ariane. Elle était dévastée à propos de Matt et avait commencé à s’éloigner de sa famille. Hélène prenait de ses nouvelles tous les jours, mais elle savait qu’il n’y avait pas de solution. Il lui manquerait toujours. Au moins, elles avaient cela en commun.

Les choses étaient toujours bancales entre Orion et Lucas, en dépit du fait qu’Orion fît un peu plus que tenir la main de Cassandra. Hélène savait d’expérience qu’Orion voulait attendre un peu plus pour être prêt à quelque chose de plus, mais Lucas gardait toujours un œil sur la situation. Hélène supposait qu’un grand-frère était toujours un grand-frère, spécialement quand le gars qui suivait sa petite sœur comme un chiot était un Adonis comme Orion. Cassandre et Orion était très différents, mais il était évident qu’ils s’adoraient de plus en plus chaque jour qui passait. Hélène ne pouvait pas penser à 2 personnes méritant plus de connaître le bonheur qu’eux.

Excepté peut-être Daphné.

Hélène était consciente que sa mère avait fait des choses terribles ; la plupart à Hélène, mais elle ne ressentait pas de colère lorsqu’elle pensait à Daphné. Elle espérait sincèrement qu’Hadès avait accordé à Daphné son souhait et qu’elle était réunie avec Ajax aux Champs-Elysées. Elle le méritait, après tout. A la fin, la méchante sorcière servant de mère à Hélène était devenue un héros.

Le dernier sur la liste de vœux sans fin d’Hélène était Zeus. Elle pouvait toujours le sentir dans Everyland quand elle tournait sa concentration dessus, ce qu’elle faisait plusieurs fois par jour pour en être sûre.

Everyland. La perte de celui-ci lui faisait toujours autant de peine, mais elle savait qu’elle ne pourrait plus jamais y revenir. Elle avait pris Zeus par surprise quand elle l’avait piégé, mais elle ne se faisait aucunes illusions de ce qui se passerait si jamais elle tentait d’y revenir. Il l’enverrait au Tartare avant qu’elle ait fait 3 pas .Quand elle ouvrait les yeux, Hélène pouvait sentir les fleurs sauvages et entendre le vent.

-          Hélène, chuchota Lucas, la réveillant. Sa tête était sur ses genoux, et sa main caressait ses cheveux. Je dois y aller.

Hélène s’assit sur le canapé et acquiesça, frictionnant son front et essayant de se débarrasser du rêve. Lucas plissa les yeux, l’étudiant.

-          Tu vas bien ? demanda-t-il gentiment. C’était encore Everyland ?

-          Toujours, admit-elle, regardant ses mains

-          Hélène ! Monte, maintenant, appela son père d’une voix impatiente. Il est temps pour Lucas de rentrer chez lui.

-          Je reviens de suite, chuchota Lucas à son oreille, passant ses lèvres contre la peau sensible de sa mâchoire avant de s’éloigner.

-          Allumeur, soupira Hélène pendant qu’il se rendait à la porte.

-          Bonne nuit, Mr Hamilton appela Lucas en passant devant les escaliers

-          Bonne nuit, Lucas, réplica Jerry.

A peu près une heure plus tard, Hélène entendit une petite tape sur la fenêtre que Mr Tanis  avait finalement réparée la semaine précédente et elle se dépêcha de l’ouvrir. Lucas monta jusqu’à sa chambre en silence, saupoudrant la chambre de neige. Hélène commença à l’embrasser avant qu’il ait une chance d’atterrir, guidant son corps en apesanteur vers son lit et le tira dessus.

-          Attends une seconde, dit-il avec un sourire chaleureux. Lucas attrapa un cadeau emballé et le donna à Hélène. Je ne pouvais pas attendre Noël

Elle déchira le papier aussi vite que possible, tous les deux guettant qu’aucun son ne réveille Jerry, et trouva une peinture encadrée d’une fleur blanche. Quand elle regarda de plus près, elle vit que c’était en fait une fleur sauvage séchée, pressée et collée derrière une vitre. Les larmes inondèrent immédiatement ses yeux. C’était la seule chose de son monde qui existait dans celui-ci, le seul souvenir qu’elle ait d’Everyland.

-          Merci, chuchota-t-elle, étreignant le cadre contre sa poitrine.

Lucas hocha la tête, repoussant ses larmes. Il prit le cadre et le plaça sur sa table de nuit, avant de se lever.

-          Où est ton maillot de bain, demanda-t-il, frottant ses mains l’une contre l’autre.

-          Pour…pourquoi ? répliqua Hélène, confuse. Il fait -10 degrés dehors. Et il neige. Hélène était immortelle, pas folle.

-          Parce que nous en aurons besoin à Porto Rico. Il va faire nuit pour quelques heures encore, mais on peut nager, regarder le lever de soleil avant que ton père ne se réveille.

Hélène bondit hors de son lit et fonça dans son armoire. Elle tira un petit bikini rouge à pois et le fit bouger comme un drapeau avant de s’emparer de son manteau et de le ranger dans la poche.

-          Vis ta vie comme si chaque jour était notre dernier ensemble sur Terre, commença-t-elle leur nouvelle devise tout en sautant par la fenêtre.

-          Pour toujours si nous pouvons s’en sortir en toute impunité, finit joyeusement Lucas en la suivant ».