mardi 8 août 2017

Silence Radio



 
Auteur : Alice OSEMAN
 
Prix : 17€
 
Edition : Nathan

Résumé

Je suis Frances, Frances la sérieuse, la solitaire, la discrète. Je passe mon temps à étudier. J'ai un seul objectif: entrer à Cambridge après le bac.

Je suis Frances, la vraie Frances. Je suis fascinée par le mystérieux Silence Radio et sa chaîne YouTube Universe City. J'aime rire et j'aime dessiner.

Et puis je rencontré Alex. Avec lui, je peux enfin être moi. Avec lui, je vais enfin avoir le courage de trouver ce qui compte vraiment pour moi.

 

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à adresser tous mes remerciements aux éditions Nathan pour ce service de presse.

Le résumé et mes attentes ont été en total décalage mais je ne dirais pas je suis déçue. Là où je m’attendais à une romance légère, j’ai découvert un roman sur l’amitié, l’acceptation et la construction de soi. J’ai juste eu beaucoup de mal à accrocher, comme toujours avec les romans initiatiques, cela dit.

Frances est pleine d’ambition pour réussir sa vie et elle s’y consacre avec passion : déléguée aux notes parfaites, rien ne laisse supposer qu’elle est accro à une radio underground la nuit. Et pourtant… Frances est totalement sous le charme de Silence Radio. Jusqu’au jour où elle découvre qu’il s’agit de son voisin et ami Aled. Commence alors pour elle une histoire d’amitié et d’un cheminement pour quitter l’enfance.

Si vous me lisez depuis un moment, vous savez que je n’apprécie pas particulièrement ce type de lectures. Qui es-tu Alaska ? nous l’a bien démontré. Aussi, je vais avoir du mal à faire des éloges du livre bien qu’objectivement il soit très bon. C’est bien construit et bien écrit, il y a une véritable progression psychologique qui fait plaisir à lire. Mais encore une fois, on se retrouve dans un huis-clos. Alors certes Alice OSEMAN a essayé de ne pas tomber dans le piège en multipliant les personnages mais tout de même. Ça reste très centré sur Aled et Frances. De plus, j’ai trouvé un peu exagéré que les personnages connaissent déjà leur identité sexuelle à 17 ans et qui en parlent librement sans interrogation. Et aucun dans ce petit monde qui est hétéro… C’est un peu gros, à mon goût. Cependant, j’ai beaucoup apprécié la façon dont les problèmes familiaux sont traités : tout est dans la suggestion et dans le dévoilement progressif. Bon j’avoue que la fin est un peu trop mélodramatique pour moi mais le livre reste quand même une jolie ôde à la vie et ça a son charme.

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Parcours initiatique touchant
-          Réflexion sur l’identité sexuelle
-          Des situations irréalistes
-          Des personnages peu attachants

 

Extrait

« J’avais des devoirs à faire. C’était presque toujours le cas. Et en général, je les faisais, parce que j’avais l’impression de perdre mon temps si je ne travaillais pas. Je sais, c’est un peu triste. J’ai toujours voulu avoir un hobby, comme le football, le piano ou le patin à glace. Mais la vérité, c’était que je n’étais bonne qu’à une chose : être la première de la classe. Ça ne me dérangeait pas. Le contraire aurait été pire.

Ce jour-là, pourtant, je n’ai pas fait mes devoirs.

Je me suis affalée sur mon lit, j’ai allumé mon ordinateur portable et j’ai ouvert le Tmblr où je publiais tous mes dessins. Je les ai fait défiler les uns après les autres. Qu’est-ce qu’il pouvait bien leur trouver ? Ils étaient nuls. C’étaient juste des gribouillages qui m’aidaient à m’endormir, à oublier l’histoire, les projets d’arts plastiques et les discours de représentante des élèves pendant 5 minutes.

Je suis retournée sur Twitter pour voir si le Créateur m’avait répondu, mais ce n’était pas le cas. Rien non plus dans ma boite mail.

J’étais fan de Universe City. »