mercredi 7 juin 2017

L’île aux mensonges



 
Auteur : Frances HARDINGE
 
Prix : 18.50€
 
Edition : Gallimard Jeunesse

Résumé

Faith Sunderly, 14 ans, est la fille d'un révérend et éminent naturaliste. Accusé d'avoir trompé la communauté scientifique, il part s'exiler avec sa famille sur une île au large des côtes anglaises. Mais les rumeurs l'accablent et bientôt il est retrouvé mort. Suicide déshonorant comme le fait croire la respectable société victorienne ? Ou assassinat, comme en est persuadée sa fille ? Avec son insatiable curiosité, Faith mène seule son enquête, qui l'entraine de révélations en secrets précieusement dissimulés. Elle est prête à défier toutes les convenances sociales pour faire surgir la vérité. Mais cette vérité pourrait se révéler dangereuse...

Mon avis

En 2015, ce roman est le 2eme de littérature jeunesse à obtenir le prix Costa : l’équivalent du Goncourt en Angleterre. Frances HARDINGE succède donc à PULLMAN et sa Croisée des Mondes. En voilà un défi à relever. Et c’est fait avec brio ! Le scénario est mené à la perfection avec intelligence et finesse. Même Patrick NESS dit qu’il est « brillant, sombre, haletant et tellement original ». C’est le résumé parfait selon moi.

Dans l’Angleterre victorienne, les femmes sont encore moins écoutées qu’auparavant. Ce qui déprime considérablement Faith qui est passionnée par les sciences grâce à son père. Reconnu dans le monde scientifique, il est connu s’opposer à Darwin et sa théorie de l’évolution des espèces grâce à la découverte de fossiles de Nephilim. Cependant, un scandale couvrant ses découvertes éclate et il est contraint de s’exiler sur une île avec sa famille. Mais cela ne stoppe pas ses recherches. Non, ce qui les stoppe, c’est sa mort. Et si Faith est persuadée qu’il a été tué, ce n’est pas le cas du village. Ecoutera-t-on la voix d’une femme dans cette Angleterre conservatrice ?

Il y a une densité incroyable de recherches faites qui en font une œuvre véritablement littéraire. Tout d’abord le cadre historique qui est véritablement travaillé pour faire une peinture sociale d’une grande authenticité. Il s’agit d’un roman féministe : l’intrigue dénonce le peu de place faite aux femmes qui sont condamnées à rester dans l’ombre au XIXe siècle. Nous avons ici une dénonciation à la Jane AUSTEN. Mais, nous n’avons pas une cruche pour autant qui se contente de regarder le monde scientifique évoluer : Faith sait être intrépide et audacieuse pour que sa soif de connaissance se libère du corset social. De plus, les inspirations littéraires sont nombreuses : Les Dix Petits Nègres pour le thriller psychologique victorien sur une île nappée de brume et de mystère. La plume de HARDINGE sait nous mettre sous tension pour que l’on accroche à son œuvre. Mais on retrouve aussi beaucoup de mythologie : Cassandre que l’on n’écoute pas, Antigone pour le combat que mène Faith afin que son père ait une sépulture décente. Et enfin, nous avons une dernière référence à la tragédie Hamlet dans la vengeance envers le meurtrier, la folie qui la gagne et les mensonges qu’elle répand tout en recherchant la vérité. Cette dernière référence induit du suspens dans cette partie de Cluedo à laquelle se greffe le secret de l’arbre. Car non seulement HARDINGE sait s’inspirer avec brio des grands classiques, mais en plus elle sait y ajouter un fantastique fascinant et troublant avec un concept magique original. Nous avons donc une richesse des thèmes très appréciable et rare en littérature jeunesse : la connaissance, la foi et le doute sont interrogés. Il est intéressant de voir comment l’auteure montre la découverte de la science face aux certitudes théologiques et le refus des théories de Darwin. Mais HARDINGE nous parle aussi de la loyauté familiale, de la place des femmes dans la société et leurs manigances pour être considérées. Voici donc un livre au style travaillé pour peindre des aventures historiques et fantasy qui plairont aux adolescents comme aux adultes. En voilà un qui mérite son prix !

 

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Les nombreuses références littéraires pour avoir plusieurs récits à la croisée entre un thriller psychologique et tragédie vengeresse
-          Le fantastique véritablement original
-          L’héroïne qui sait ce qu’elle veut et qui se bat pour l’obtenir
-          La peinture sociale recherchée de l’époque : le combat des théologiens contre les scientifiques, l’oppression des femmes
 

 

Extrait

« Oh, mais c'est impossible, se dit Faith. Je ne dois pas céder à cette chose !"

 Faith l'appelait toujours en elle-même "cette chose". En lui donnant un autre nom, elle aurait craint de lui conférer une emprise encore plus forte. Elle avait conscience qu'il s'agissait d'une véritable manie, à laquelle elle décidait sans cesse de renoncer - sans jamais y parvenir. Cette chose était aux antipodes de la Faith que le monde connaissait. Faith, l'enfant sage, un vrai roc. Tellement terne, fiable et digne de confiance.

 Le plus difficile, c'était de résister aux occasions inattendues. Une enveloppe laissée sans surveillance, d'où dépassait la lettre immaculée, tentatrice. Une porte non fermée à clé. Une conversation oublieuse des éventuelles oreilles indiscrètes.

 Faith avait comme une faim en elle, alors que les filles ne devaient pas avoir faim. Elles étaient censées grignoter avec modération lors des repas, et leur esprit aussi était censé se contenter d'un régime frugal. Quelques mornes leçons données par des institutrices fatiguées, quelques promenades ennuyeuses, des distractions d'écervelées. Mais pour Faith, cela ne suffisait pas. Le savoir - n'importe quel savoir - l'attirait irrésistiblement. Et elle trouvait un plaisir aussi délicieux qu'empoisonné à le dérober à l'insu de tous. »