jeudi 18 mai 2017

Petits secrets, grands mensonges



 Petits secrets, grands mensonges par Moriarty
Auteur : Liane MORIARTY
 
Prix : 22€
 
Edition : Albin Michel

Résumé

Jane, mère célibataire, vient d’emménager à Sydney avec son petit garçon et un secret qui est le sien depuis cinq ans. Le jour de la rentrée scolaire, elle rencontre Madeline, un personnage haut en couleur avec lequel il faut compter – elle se souvient de tout et ne pardonne jamais – et Céleste, une femme à la beauté époustouflante mais qui, paradoxalement, est toujours mal à l’aise. Elles prennent toutes deux Jane sous leur aile, en faisant attention de dissimuler leurs propres secrets. Cependant, quand un simple incident impliquant les enfants de chacune des trois femmes survient à l’école, les choses s’enveniment : les commérages vont bon train, les rumeurs empoisonnées se propagent jusqu’au point où il est impossible de démêler le vrai du faux.

Mon avis

Bien que ce ne soit pas le lieu, je ne peux pas m’empêcher de partager avec vous la découverte de cette auteure qui sait mêler une ambiance Desperate Housewife mais en lui otant tout côté cucul la praline pour laisser place à une ambiance plus dark.

Dans une petite ville en bord de mer, Jane et son fils Ziggy viennent d’emménager. Elle sympathise aussitôt avec Mackenzie et Céleste, deux femmes au foyer dont la vie est tout aussi parfaite que la banlieue dans laquelle elle vient de poser ses cartons. Mais derrière les belles façades et leur vie parfaite, Jane dévoile peu à peu son passé pour découvrir qu’il est aussi tragique que celui de ses amies.

Voilà un roman qui me remplit d’enthousiasme et dont je ne regrette absolument pas l’achat ! Ce savant mélange de policier et de récit glamour des quartiers résidentiels était très dosé pour nous donner envie d’y habiter. Et en plus, on ne peut s’empêcher de regarder avec autant de curiosité (malsaine) que les voisins les aventures de nos héroïnes. Celles-ci sont d’ailleurs bouleversantes, surtout le personnage de Céleste qui attire immédiatement notre sympathie et notre admiration pour son courage et sa force. Mais Mackenzie et Jane ne sont pas en reste niveau caractère et comme dans la série Desperate Housewife, chacune de ces femmes c’est un peu nous. On retrouve quand même des points communs avec la série : Mackenzie ressemble à Bree dans son autorité, Jane c’est Susan mais en plus mélancolique car porteuse d’un secret plus difficile tandis que Céleste évoque Gaby dans son glamour et à Lynette dans sa gestion familiale. Quant aux personnages secondaires, c’est une réussite là-aussi parce qu’on y retrouve des caractères que l’on adore (détester) comme la hippie à qui tout sourit et la carriériste à la franchise assurée… De plus, le suspens distillé tout au long de l’œuvre est des plus plaisant car on sait que quelque chose de tragique est arrivé mais on ne sait pas quand, ni avec qui. La narration est ingénieuse : les chapitres sont assez courts et s’intéressent à une héroïne en particulier mais intègre aussi un paragraphe sur l’interrogatoire de police qui nous rappelle que ce qu’on vient de lire est un flashback. Le point de vue omniscient permet également de faire une satire fine que l’on apprécie. Jusqu’au bout, nous sommes tenus en haleine dans cet univers à la fois glamour et plus sombre. Et la fin est tout simplement renversante et nous la gardons en mémoire. J’ai tellement apprécié l’univers et l’écriture que je lirais son 1er roman, Le Secret du mari, qui promet d’être tout aussi passionnant !

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Enquête qui se mêle aux flashback dans une narration ingénieuse
-          Un point de vue omniscient qui fait une satire fine
-          Le suspens maintenu jusqu’au bout et une fin choquante
-          L’ambiance des quartiers résidentiels américains : glamour par devant et glauques par derrière. Digne héritier de notre cher Desperate Housewife !
 

 

Extrait

« A vrai dire, Madeline aimait bien Renata, mais depuis le début, il y avait eu une forme de rivalité entre elles. « Sincèrement, je m'ennuierais à mourir si je devais être mère à plein temps », lui avait dit Renata à plusieurs reprises. Ses propos n'avaient rien d'insultant car Madeline ne comptait pas vraiment parmi les femmes au foyer - elle travaillait à temps partiel - mais quand même, ils sous-entendaient toujours que la brillante Renata avait davantage besoin d'être stimulée sur le plan intellectuel parce que Madame faisait CARRIÈRE alors que Madeline n'avait rien de plus qu'un EMPLOI. »

***

« Elle avait le sentiment qu'elle vivait un rite de passage. Une partie d'elle-même considérait déjà cette période de son existence avec le recul qu'on acquiert avec le temps. Mon premier chagrin d'amour. Une autre était assez curieuse de savoir ce que la suite des événements lui réservait. Sa vie semblait engagée dans une voie, et voilà qu'en un instant, en un claquement de doigts, elle partait dans une autre direction. Intéressant! Peut-être qu'à la fin de ses études, elle prendrait une année sabbatique pour parcourir le monde. Peut-être qu'elle fréquenterait un mec complètement différent. Un musicien un peu cracra. Un geek. Tout un éventail de garçons attendait Jane. »

 

A savoir

Résultat de recherche d'imagesLa série adaptée du livre est tout simplement géniale : fidèle et sans en révéler trop, elle suscite la curiosité pour qu’on se tourne vers le livre.

Et malgré le casting de luxe (aux actrices que je n’apprécie pas particulièrement), les rôles sont merveilleusement interprétés. Nicole KIDMAN mérite un oscar pour son jeu là franchement !