mercredi 11 janvier 2017

Nous autres simples mortels

 
Auteur : Patrick NESS
 
Prix : 16E
 
Edition : Gallimard Jeunesse
Résumé
Et si vous n'étiez pas l'Élu?
Si vous n'étiez pas destiné à être un héros? Celui qui est censé combattre les zombies, ou ce nouveau truc, là, complètement dingue, avec les lumières bleues. Il y a des choses tellement plus importantes que la énième fin du monde! Si vous étiez comme Mikey ? Qui veut simplement avoir son bac, passer ce dernier été avec ses amis et, enfin, embrasser Henna (ou plus). Juste se sentir capable de découvrir l'extraordinaire dans sa vie si ordinaire...
Laissez-vous entraîner à travers le prisme fascinant d'adolescents attachants, avec leurs fêlures et leurs rêves. Récompensé par les prix littéraires les plus prestigieux, auteur de la brillante trilogie «Le chaos en marche», de «Et plus encore», et de «Quelques minutes après minuit», Patrick Ness mêle ici réel et fantastique de façon tout à fait originale. Percutant de justesse et de sensibilité.
 
Mon avis
Tout d’abord, je tiens à adresser tous mes remerciements aux éditions Gallimard jeunesse pour ce service de presse.
 
IREVERENCIEUX et AUDACIEUX
Toujours dans ma volonté de lire les classiques de litté jeunesse, je me suis attaquée à Patrick Ness, véritable incontournable de la littérature jeunesse avec son livre (bientôt adapté en film) Quelques minutes après minuit. J’ai tellement aimé ce livre que j’ai décidé de lire la nouvelle parution de l’auteur : Nous autres simples mortels qui prend le contre-pied de la litté jeunesse : plutôt que de nous montrer des héros qui se battent et qui sont élus, par l’opération du St Esprit ou autre, Patrick Ness se concentre sur la foule qui évolue à côté d’eux. Aussi, alors que de terribles évènements se déroulent, que des adolescents se battent contre des Immortels et que la fin du monde semble proche, l'écrivain décide se tourne vers des ados normaux dont les seuls problèmes sont ceux que nous connaissons à leur âge : l’adolescence, l’amitié et l’amour.
A chaque titre de chapitre correspond un bref résumé de la quête trépidante de ces Elus, les Indie Kids. Ensuite, le chapitre tout entier nous conte quant à lui l'existence normale d'une troupe d'amis. Mikey est amoureux de sa meilleure amie, Henna, souffrant de troubles mentaux dus au stress mais s’est juré d’oser lui avouer son attirance. Il doit faire face à ses sentiments et à son épreuve du bac, aux problèmes de sa sœur et prie pour que son lycée ne soit pas détruit dans la guerre qui fait rage. Heureusement, il n’est pas seul et avec ses amis, ils vont avancer dans les méandres de la vie adolescente.   
Patrick Ness a créé des protagonistes à la fois fragiles et forts, en proie au doute mais qui possèdent la volonté d'avancer. Et avec ou sans pouvoirs magiques, ils nous poussent à l’admiration car plutôt que de se battre contre les Immortels comme les Indies Kids, ils doivent composer avec leurs soucis. Bon, je reconnais que le début est lent à se mettre en place. Ne vous décourager pas si vous êtes perdus dès les premières pages ! Tout n’est pas expliqué de suite et il y a 6 personnages qui traitent des malheurs de l’adolescence : amour, amitié, sexualité, famille, incertitude vis-à-vis de l’avenir, espoir et rêves. Bon, les allergiques au pathos comme moi n’apprécieront que très peu les larmes présentes dans le récit qui évoquait Où est-tu Alaska ? de John Green : Mikey est l’archétype du romantique et Henna est totalement barrée. Mis à part ces deux points négatifs, j’ai continué ma lecture et je me suis surprise à m’attacher progressivement à ces curieux personnages. De plus, Ness traite du mal-être adolescent et il est difficile de ne pas tomber dans le pathos, alors on lui pardonne. Et puis, le retournement de situation de la fin contribue à couper court à cette déferlante de sentiment. Le roman nous captive par son originalité et on ne peut s’empêcher d’aimer ce contre-pieds de la part de l’auteur vis-à-vis des topei de littérature et plutôt que de nous prendre des héros exemplaires, de choisir des humains aux failles proches des nôtres. La parabole est simple, l’auteur nous peint le passage de l’enfance à l’adolescence et on ne peut que revivre ou réfléchir à cette mini- fin du monde que chacun a dû/doit vivre.
 
En bref
Apprécié
Non-apprécié
-          Roman de société : anorexie, mal-être adolescent, pbs mentaux
-          Le retournement final
-          Le contre-pied pris par l’auteur dès le début de traiter des gens normaux dans une guerre fantastique.
-          Des personnages à la John GREEN : un peu trop perchés et marginaux
 
Extrait
« Et même si personne ds ma famille ne sera l’Elu ou le Phare de la Paix ou je ne sais quel autre truc tordu qui ns tombera dessus le prochain coup, je ss sûr qu’il y a bcp plus de gens comme moi et que d’indie Kids affublés de noms pas possibles et qui ont des destins avec un grand D (mais là je suis méchant, parce qu’ils sont souvent plutôt sympas, les indie kids, seulement… ils forment un clan et ils n’en démordent pas) »
 
A savoir
Et puisque je tape dessus, Qui es-tu, Alaska ? de John Green :  http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2014/06/qui-es-tu-alaska.html