dimanche 15 janvier 2017

La Vérité sur Alice

 
Auteur : Jennifer MATHIEU
 
Prix : 17E  
 
Edition : PKJ  
Résumé
Alice Franklin a mauvaise réputation. Lors d’une soirée, elle aurait couché avec deux garçons et provoqué la mort accidentelle de l’un d’eux. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs des toilettes du lycée.
Tout le monde a son avis sur Alice : son ancienne meilleure amie, l’entourage de la victime, son admirateur secret… Au sujet d’Alice, chacun a sa vérité… Quelle sera la vôtre ?
Mon avis
Je ne sais pas si vous avez vu la vidéo qui est sortie à peu près à la même époque que la parution de ce livre. Elle provient du Danemark (ou un autre pays tout aussi génial) et montre les violences quotidiennes faites aux femmes. Pas de bleus ou de séquelles physiques. Juste des mots que l’on entend tous les jours : salope, connasse, pute. La voix off de la vidéo est celle d’une femme en devenir, qui demande à son père de ne pas participer à ce sexisme quotidien, inconscient et latent. La Vérité sur Alice reprend cette thématique et nous montre le Alice-bashing qui s’opère dans son lycée car celle-ci aurait couché avec deux garçons à une soirée.
Plusieurs points de vue reviennent sur la soirée qui a tant fait parlé le lycée ce lundi matin. Alice se serait fait Brandon et son meilleur ami. Puis, Brandon est mort dans un accident soit disant causé par Alice. Salope pensent les filles. Ses copines se détournent d’elle, il ne fait pas bon rester près de pareille dévergondée. Pute pensent les garçons mais merde, une pute bandante. Et puis paria pense Kurt qui se fiche de l’opinion de tous ces bien-pensants. Et si ces derniers étaient ceux qui avaient le plus de choses à cacher ?
Tous donnent leur avis sur Alice : sa meilleure amie, ses copines populaires, ses soit-disant copains, son admirateur secret. Tous émettent leurs grains de sel sur Alice et seul le dernier chapitre lui donnera la parole. Je m’attendais à ce que les différents points de vue nous retracent cette fameuse soirée où tout a basculé. Mais, en réalité, ces points de vue s’intéressent aux secrets que cachent chaque protagoniste, à l’avant et l’après de la chute d’Alice. Aussi, on a droit à une contextualisation post et pré-soirée qui se croise. Le roman devient alors assez léger et teenage tout en restant profond. L’auteure sait dénoncer le sexisme du Sud des Etats-Unis mais aussi mondial et les problèmes auxquels doivent se confronter les jeunes-filles. Elle parle ainsi de la misogynie ambiante qui commence très tôt : une fille qui couche est une salope et ne doit pas être fréquentée. On apprécie les thèmes difficiles qui sont abordés ainsi que la dénonciation de cet esprit patriarcal tout en restant léger et réaliste. On apprécie également le cynisme de Kurt qui dénonce toutes ces injustices et ces problèmes d’harcèlement. Aussi, même si ce livre n’est pas mon genre favori, je me suis prise à vouloir connaitre la vérité sur Alice. Si vous n’avez rien dans votre PAL, ces 200 pages vous embarqueront ;)
En bref
Apprécié
Non-apprécié
-          Thème peu traité de la violence et misogynie latente qui commence très tôt dans le scolaire
-          Thèmes difficiles : dysfonctionnements familiaux, avortements, couple, harcèlement au lycée
-          Dénonciation d’un esprit conservateur ds les états du Sud des Etats-Unis mais que l’on a tous connu
 
 
Extrait
« Alors ensemble, on s'en est pris à Alice Francklin.
Une moins que rien.
Une garce.
Une meurtrière. »