lundi 14 novembre 2016

Harry Potter T8


 
Auteurs :
 
Prix : 21E
 
Edition : Gallimard
Résumé
Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.
Mon avis
Ce livre est sûrement la sortie la plus attendue et la plus médiatisée de toute l’année, et même si je n’ai pas lu l’intégralité des tomes précédents (je sais, je sais, shame on me), je n’allais pas passer à côté de pouvoir participer au débat. D’un côté, vous avez ceux qui adorent, et de l’autre ceux qui détestent. Je suis de ceux qui ne sont pas franchement pour ce nouveau tome même si je suis loin d’être aussi virulente que certains. Pour moi, Harry Potter s’est fini après avoir vaincu Voldemort, les autres sorties sont purement commerciales. Mais, j’ai grandi avec et je ne peux m’empêcher d’aimer cet univers et de vouloir m’y replonger à tout prix bien que le résumé est très consensuel.
Tout le monde encense Harry Potter : il est le destructeur du Seigneur des Ténèbres, le fils de cœur de Dumbledore et ministre de la justice. Mais Harry Potter n’est pas aussi doué qu’on le pense : en matière de famille et d’éducation, il a beaucoup de leçons à recevoir. Son fils cadet, Albus Severus Potter incarne la part sombre du sorcier : élève à Serpentard, ami du fils de Drago Malefoy, une calamité en magie et surtout en colère contre son père. Difficile de succéder avec brio à une personnalité pareille mais plus difficile lorsque l’on est son opposé.  Et c’est pétri de bonnes intentions, voulant redresser les torts, que le jeune Potter va soulever un problème de taille : la descendance de Voldemort.
L’un des gros points positifs de ce livre, c’est qu’il ne se concentre pas uniquement sur les enfants de nos héros. Ron, Hermione, Harry sont toujours au centre de l’intrigue et on s’en réjouit : nos souvenirs de lecture sont renouvelés, l’humour est toujours aussi prenant et le dévoilement des ambigüités remplissent enfin nos grandes questions. Les auteurs ont été assez fabuleux pour réussir à restituer le caractère des personnages alors que ce n’est pas JK Rowling qui a écrit le livre. Je leur tire mon chapeau ! Ron était toujours aussi drôle, Hermione moralisatrice et Harry aussi touchant. Mais les auteurs ont également repris des caractères peu ébauchés pour les développer : Mc Gonagall est encore plus piquante et Ginny et Malefoy moins exaspérants. Ils ont également su quel était le destin le lecteur pouvait imaginer pour ces personnages : il n’y a rien d’étonnant à ce que Mc Gonagall dirige Poudlard ou Hermione en Premier Ministre. Ce ne sont que des exemples, je ne vous dévoile pas le destin des autres car il faut vous garder la surprise. Mais c’est très approprié bien qu’on n’y ait pas pensé. Mon seul reproche est que c’est trop consensuel : le résumé, les dialogues entre le père et le fils, la fin… C’est une très bonne fan-fiction mais ce n’est pas les livres auxquels on s’est habitués : il n’y a pas la magie de Poudlard. Oui, on retourne dans le Poudlard Express mais pas grâce aux descriptions. On y retourne parce qu’on est excité de revenir sur nos livres d’enfance et que l’on connait Poudlard comme si c’était notre maison. Si on accroche aussi bien c’est grâce à notre excitation en tant qu’ancien lecteur qui se replonge dans un univers qu’il croyait bouclé. Néanmoins, je ne peux pas être totalement négative : le duo que forment les enfants Potter/Malefoy fonctionne bien, la présence de Voldemort est toujours aussi inquiétante et la réponse à l’énigme nous laisse songeurs. Les auteurs ont également introduit une scène franchement violente et dark qui s’inscrit bien dans le tragique de Harry Potter. J’avais également peur de la forme : une pièce de théâtre suppose la fin des descriptions, donc pas de magie dans les décors. Heureusement que nous avons les films qui nous aident à nous planter une situation. Après, je pense qu’il vaut mieux, Rowling est inimitable dans son style d’écriture donc l’effet patchwork se serait fait trop sentir. Pour ma part, j’ai été charmée malgré moi alors que j’étais plus que réticente. Quand Ablus et Scorpius s’engagent dans le Poudlard Express, on ne peut s’empêcher d’être excités par cette nouvelle aventure qui s’offre à eux et à nous. On se replonge illico dans notre enfance et on se réjouit qu’une nouvelle génération puisse avoir notre chance.  A suivre ?
 
En bref
Apprécié
Non-apprécié
-          La présence de nos héros chéris
-          Des dialogues et un humour malicieux
-          Le face à face au passé qui permet de clôturer les aventures de Harry Potter
-          Les consensus du résumé, des dialogues et de la fin
 
 
Extraits
« LE PROFESSEUR McGONAGALL : Alors, récapitulons : vous êtes sortis illégalement du Poudlard Express, vous vous êtes introduits par effraction au ministère de la Magie, vous avez pris tout seuls la décision d'apporter des transformations dans le passé, ce qui a eu pour conséquence de faire disparaître deux personnes...

ALBUS : Je suis d'accord, ce n'est pas très brillant. »
***
« LA SORCIÈRE AUX BONBONS Quelque chose vous ferait plaisir, les enfants ? Des Patacitrouiiles ? Des Chocogrenouilles ? Des Fondants du Chaudron ?
ROSE ( elle a remarqué qu'ALBUS regarde les Chocogrenouilles avec envie )
Al ! Nous devons nous concentrer.
ALBUS
Nous concentrer sur quoi ?
ROSE
Sur les amis que nous allons choisir. ma mère et mon père ont rencontré ton père dans le Poudlard Express, la première fois qu'ils l'ont pris, tu sais bien...
ALBUS
Alors, il faudrait qu'on choisisse maintenant des gens avec qui on va rester amis toute notre vie. Ça fait un peu peur.
ROSE
Au contraire, on a une chance formidable. Je suis une Granger-Weasley, tu es un Potter - tout le monde voudra forcément être ami avec nous, on peut se permettre de choisir qui on veut. »
 
A savoir
Si vous désirez lire mes autres chroniques les voici :