dimanche 11 septembre 2016

Lady Helen T1



 Couverture de Lady Helen, tome 1 : Le Club des Mauvais Jours
Auteur : Alison GOODMAN
 
Prix : 19.50E
 
Edition : Gallimard jeunesse  

Résumé

Londres, Avril 1812

Lady Helen Wrexhall s’apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage. Mais une bonne de la maison disparait, des meurtres sanglants sont commis, la plongeant soudain dans les ombres de la Régence. Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d’étranges pouvoirs, mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d'insouciance pour rejoindre lord Carlston et basculer dans un monde terrifiant ?

 

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à adresser tous mes remerciements aux éditions Gallimard jeunesse pour ce service de presse.

« Il est question dans ces pages de découvrir sa force et son pouvoir, de faire des choix perilleux. Et tout cela dans les merveilleuses robes de soie et les somptueux décors de la Régence ! », Alison GOODMAN

C’est la grande sortie Gallimard de septembre que j’attendais et qui a répondu à toutes mes attentes. Alison Goodman est une auteure de talent qui sait mêler fantastique et historique aussi bien Cassie Clare. Les débuts du XIXe siècle sont parfaitement retranscrits et la chasse aux démons est rendue originale par les personnages. Le suspens est donc maintenu jusqu’au bout de la lecture, tout comme le décor qui prend vie au fur et à mesure que l’on avance.

Helen fait sa 1ere saison à la Cour du roi George III, sous la Régence de Prinny. Sa mère, Catherine, a été accusée de trahison et s’est noyée plusieurs années auparavant. La jeune fille est donc priée par son oncle de faire oublier son héritage douteux pour se marier au plus vite. Mais c’est sans compter sur le caractère opiniâtre de sa nièce et Lord Carlston, qui parle de sa mère en des termes élogieux et qui l’éloigne du monde de la Cour pour un autre univers tout aussi obscur que sa mère connaissait bien…

Franchement, je crois que c’est la 1ere fois depuis le début de l’année que toutes mes attentes ont été comblées. Je m’attendais à un récit qui ressemble à celui des Origines de La Cité des Ténèbres et j’ai trouvé une héroïne plus agréable que Tessa tout en conservant son univers. Helen est courageuse, curieuse et a un humour grinçant qui nous ravit. Ses aventures ne sont pas l’occasion de se plaindre car elle sait tirer parti des situations et n’a pas peur de foncer dans le tas. Quand à Lord Carlston, il est rendu mystérieux et attachant tout en étant aussi fougueux que Helen. Leurs rencontres sont alors attendues et font avancer l’intrigue tout comme notre attachement à ce duo. De plus, les personnages secondaires ont chacun des caractères bien définis qui pimentent, eux-aussi, la narration pour la rendre vraisemblable. Le travail de l’auteure est vraiment réel : on sent qu’elle s’est immergée dans cette époque et parvient à nous ramener en 1812. De ce fait, on rentre immédiatement dans le récit et on n’en sort que lorsque l’auteure le décide, les 500 pages sont avalées et ne comportent pas de longueurs.  D’ailleurs, son travail est tel que même si d’ordinaire je n’aime pas cette époque, je vais m’y intéresser de plus près car elle a réussit à me rendre curieuse ! De plus, le mélange de fantasy et d’histoire est savamment dosé et les créatures sont innovantes tout en répondant à la mythologie des enfers biblique et à la gothic literature. Mais ce n’est pas que de la fantasy ! On a également des thèmes à la Jane Austen : la place des femmes dans la société et son hypocrisie, une héroïne qui souhaite s’affranchir des codes pour choisir son destin… Le récit est donc loin d’une chasse aux sorcières prévisible qu’un début de romance pimente. Voilà un tome qui ouvre une belle rentrée littéraire et qui ne manquera pas de vous charmer !

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Le cadre historique savamment peint sans descriptions lourdes et ennuyeuses
-          Les personnages : tous réels et attachants. Mention particulière pour Helen qui souhaite briser les carcans et pour Lord Carlston aussi mystérieux qu’attirant
-          La fantasy noire qui innove tout en s’inspirant des grands classiques de la gothic literature
 

 

Extraits

« Londres, aux derniers jours d’avril 1812. L’agitation sociale était à son comble, on se battait avec férocité sur le continent et toute la jeune nation américaine semblait prête à passer à l’attaque. Ce fut également ce mois d’avril que la reine Charlotte choisit, après deux ans d’interruption, pour reprendre les cérémonies de présentation à la cour des jeunes filles de l’aristocratie. Encore un champ de bataille, mais d’un autre genre. »

***

« Helen ploya son genou gauche et fit sa révérence, la tête baissée. Ses gestes étaient aisés, sans rien de vacillant. Elle respira – tante Leonore serait contente. Sous ses yeux, la main gantée de la souveraine était crispée sur l’accoudoir sculpté. Dans un bruissement de soie bleue, elle vit s’approcher le corsage cousu d’étoiles d’or et parsemé de diamants de Sa Majesté qui se penchait pour lui donner le baiser royal. Helen leva son visage vers un suave parfum de girofle et l’éclat de diamants brillant sur une peau tachée par la vieillesse. Puis elle sentit des lèvres desséchées se poser doucement sur son front.

-          Vous êtes la fille de la comtesse de Hayden ? demanda Sa Majesté d’une voix si basse que Helen ne sentit guère qu’une haleine tiède sur sa peau.

Elle avait donc posé la question fatale. Helen sentit sa gorge se serrer et n’eut que la force de hocher la tête.

-          Mon enfant, ne croyez pas tout ce qu’on dit de votre mère »

 

A savoir

Ce tome est le 1er d’une trilogie – The Days Dark Pact dont le T2 est annoncé en France pour août 2017 et le T3 en 2018.

 Couverture de Lady Helen, tome 2 : The Dark Days Pact

The Days Dark Pact

Eté 1812
Après les évènements scandaleux du bal marquant son entrée dans le monde, lady Helen s’est réfugiée à Brighton, station balnéaire à la mode où elle suit l’entrainement indispensable pour devenir une Vigilante du Club des Mauvais Jours.
Tnadis qu’elle se débat pour oublier son éducation de jeune fille du monde et se consacrer à sa nouvelle vocation de guerrière, Helen se rend compte que son mentor, Lord Carlston, mène son propre combat intérieur. L’énergie pernicieuse des Abuseurs a-t-elle empoisonnée son âme ou une autre force le conduit-elle à ces violents accès de folie ? Quelle que ce soit la réponse, Helen est déterminée à aider cet homme auquel elle se sent atachée par un lien profond mais interdit…
Mais Lady Helen doit aussi obéir aux ordres de l’oraganisation secrète. La mission qui lui est confiée l’amènera-t-elle à le trahir ?

 

Alison GOODMAN a déjà été publiée en France en 2019 avec un dyptique, Eon et Eona. Une chose est sûre, il est entré dans ma PAL ! ;)

 Couverture de Eon et le douzieme dragon

Eon

Au cœur d'une Chine impériale mythique, Eon s'entraîne avec d'autres jeunes garçons pour être choisi comme apprenti par l'un des douze dragons qui protègent le pays. Mais il porte un dangereux secret. Dans ce monde plein de fausses identités, d'alliances incertaines mais aussi d'amitiés loyales, Eon est en grand péril. Un récit fascinant, une aventure flamboyante, dans la tradition du Clan des Otori de Lian Hearn