vendredi 29 avril 2016

Les Mystères de Larispem T1 – Le sang jamais n’oublie



 Afficher l'image d'origine
Auteur : Lucie Pierrat-Pajot
 
Prix : 16E
 
Edition : Gallimard jeunesse  

Résumé

Larispem 1899 - Dans cette Cité-Etat indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent… Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville.

Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à adresser un grand merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour leur service de presse.

Toutes mes félicitations à Lucie Pierrat-Pajot, 2eme lauréate du prestigieux concours RTL/Gallimard. Sur 800 manuscrits, voici celle qui succède à Christelle Dabos et qui remporte haut la main un double défi : être publiée dans l’une des plus grandes maisons d’édition et faire suite à notre merveilleuse Passe-Miroir.

1871 : la Commune de Paris divise la France et la capitale. Les barricades sont hérissées, les peuples exaltés et le gouvernement sur le point de tomber. Dans nos livres d’histoire, on sait comment la révolution a réprimée. Mais imaginez, imaginez que ce soit le peuple qui ait gagné…

 

Carmine est une apprentie bouchère, autant dire la caste dominante de Larispem, et pourtant, en compagnie de Liberté, elle se retrouve à cambrioler de vieilles maisons de nobles. De l’autre côté de la ville, se trouve l’orphelinat que Nathanaël n’a jamais quitté jusqu’au jour où il fait la connaissance de Valentine. A partir de là, il met les doigts dans un engrenage qui l’emporte bien malgré lui loin de sa sphère de confort, vers une quête de vengeance qui lui est étrangère.

 

Il est très difficile de résumer ce livre sans spoiler tout en essayant de vous démontrer son intérêt. Plus que jamais, il souhaite planter le décor, les personnages et l’action dans la drôle de métamorphose que subit la ville lumières : un Paris dominé par des bouchers, pas très glamour. Je ne pensais pas accrocher si vite mais dès la 1ere ligne, me voilà emportée. Rien n’est stéréotypé dans ce livre, voilà un vrai roman jeunesse ! Le Paris de la fin du XIXe est divisé, comme toujours dans ce siècle mouvementé, entre les aristocrates et le peuple mais cette fois-ci, les nobles écrasés sont prêts pour la revanche. Aussi, contrairement aux intrigues habituelles, nos héros ne se rencontrent jamais et ne poursuivent pas le même but. Les quêtes de nos protagonistes sont chacune orientées dans une direction différente. Les uns sont voleurs, les autres sont occupés à chercher un livre mais aucun des deux ne comprend totalement ce qu’il lui arrive. Les conflits politiques ne sont pas ce qui prédomine, chacun étant préoccupé par ses problèmes : Carmine et son frère, Liberté et son emploi d’apprentie et Nathanaël et sa mystérieuse maladie. Les changements de point de vue et le mélange des genres (steampunk, conflit historique tendant à devenir une dystopie et d’aventure) sont très appréciables. Cela nous change des habituelles intrigues amoureuses ! Sans compter que le tout est narré avec précision et délicatesse tout en restant réaliste : les rues, l’argot, la population... Lucie Pierrat-Pajot a su donner vie à ce bon vieux Paris. On entre dans l’intrigue tout doucement et on se laisse bercer par les épreuves de nos héros où la romance est très minoritaire ; la survie du quotidien est le thème majeur du roman. La fin sait aussi nous laisser sur notre faim et promet d’être encore plus envoutante que le T1, si ce n’est plus car l’intrigue est véritablement lancée ! Les intrigues politiques vont être développées en parallèle d’un défi lancé à la population très original. Je dois à ce livre une découverte littéraire que le T2 va plus développer : Le Testament d’un excentrique de Jules Verne qui narre un jeu de l’oie géant dans une ville. A lire !

 

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          Le mélange des genres : réalisme, steampunk, science-fiction, histoire, dystopie
-          La nouveauté de l’intrigue et du décor : Paris mi dystopique, mi steapunk où se croisent nobles déchus et bouchers victorieux
-          Des personnages en marge de nos valeurs : apprentie, orphelin, bouchère
-          Tendance au huis-clos dans la grande ville : manque de personnages secondaires

 

Extrait

« Carmine courut à la fenêtre et se pencha autant qu’elle put pour absorber une grande goulée d’air frais. Dans la chambre abandonnée, la fumée blanche se dissipa vite, balayée par les courants d’air.

Liberté tremblait comme une feuille. Son amie l’aida à se relever.

– Il faut partir ! cria-t-elle pour couvrir le bruit des sirènes. La milice de quartier va arriver !

Liberté inspira et expira profondément, terrifiée à l’idée de sentir une douleur soudaine dans ses poumons, mais rien de tel ne se produisit. Ses côtes se soulevaient et s’abaissaient norma­lement. Quoi qu’aient contenu les billes de verre, ça ne semblait pas toxique.

Carmine se précipita dans l’espace ouvert derrière la biblio­thèque. Pas question d’être venues pour rien. Elle ramassa au hasard quelques objets – une croix en or, deux ou trois bijoux dans un coffret – et les fourra dans sa sacoche. Un éclat au pied de l’automate, dont la sirène faiblissait déjà, attira son attention : la tranche dorée du livre. Les bras encombrés par son butin, elle le désigna du menton à son amie.

– Vite ! Prends le bouquin, on s’en va.

Liberté se leva péniblement. Son esprit était embrouillé, comme un rêve qui s’effiloche au fur et à mesure qu’on essaie de s’en souvenir. Il y avait eu un homme blond, un homme qui… qui pleurait ? Quelque chose comme ça. Où était-il passé ? Elle ramassa le livre. Carmine l’entraîna en bas de l’escalier et elles retraversèrent le jardin à toute allure tandis que les lumières s’allumaient dans les maisons des alentours. Lorsque la milice de quartier réussit enfin à se frayer un passage jusqu’aux ruines, elle ne trouva rien d’autre qu’un petit luxomaton au ressort détendu, abandonné dans le hall de la bâtisse, et une cape noire, clouée au mur de l’une des chambres par un couteau effilé. »

 

A savoir

Pas de date pour le T2, il est encore trop tôt, en revanche, il y a une petite présentation. Attention aux SPOILERS !

Dans l’épisode suivant, assistez à un grand jeu de l’Oie au cœur de Larispem. Quels périls attendent Liberté, Carmine et Nathanaël à travers les 20 arrondissements de la cité ? Des catacombes aux eaux troubles de la Seine, des abattoirs aux cimetières, découvrez Larispem comme vous ne l’avez jamais lu ! Aux prises avec de féroces adversaires, menacés par l’ombre maléfique des Frères du Sang, survivre ne sera pas aisé pour nos trois amis.

La comtesse Vérité retrouvera-t-elle le livre de Louis d’Ombreville ?

La Présidente et son Conseil prendront-ils les bonnes décisions pour préserver la cité ?

Nathanaël, Carmine et Liberté sauront-ils s’unir contre l’adversaire ?