mardi 5 avril 2016

Le monde de Sombreterre T1 – Le clan perdu


 Couverture : Le Monde de Sombreterre, Tome 1 : le Clan Perdu
Auteur : Cassandra O’Donnell
 
Prix : 10E
 
Edition : Flammarion jeunesse
Résumé
Victor est un petit garçon assez solitaire. Il a été adopté et ne s'entend pas très bien avec sa famille. Il aimerait connaître ses origines. Un jour, une petite fille, Aliana, vient le chercher et lui annonce qu'il est celui qui pourra sauver son monde : le monde de Sombreterre, monde des esprits et des fantômes, dont il est originaire. Avec elle, Victor part affronter son destin.
Mon avis
Tout d’abord, je tiens à adresser un grand merci aux éditions Flammarion pour leur service de presse.
Voilà un type de livre que je chronique peu, bien que j’aime beaucoup ce type de publications qui ont le don de me replonger dans mon enfance. A la différence que si on trouvait vraiment de la qualité du temps où j’étais une petite, c’est bien plus difficile aujourd’hui. Heureusement, ces considérations n’ont pas lieu avec le récit de O’Donnell.
Victor est un garçon étrange qui ne parle qu’à Lucas, son meilleur ami, et à des fantômes. Incompris jusqu’au jour où Alina débarque dans sa salle de cours avec son animal de compagnie invisible : lui qui se pensait fou découvre alors qu’il n’est pas victime de son imagination et se prépare à découvrir un monde merveilleux.
Comme je vous le disais, on est confronté à un problème de taille dans les romans jeunesse : soit la narration est excellente et réussit à être pour un public jeune sans nous faire décrocher, soit la narration est assez minable et sonne trop vite manuscrit rédigé vite et non travaillé ; en tout, pour l’enchantement de la lecture, on peut tjs se gratter. Heureusement, dans ce tome, nous sommes dans le 1er cas : j’ai réellement accroché au livre comme j’aurai pu l’être 15 ans plus tôt. La narration est fluide et très peu descriptive, comme on l’attend de la jeunesse, mais c’est également travaillé et ça ne donne pas l’impression de lire un script mal travaillé. Sans compter que l’auteure insère plusieurs personnages progressivement, chacun marqués d’un trait de personnalité dominant. Aussi, bien que l’intrigue ne soit pas particulièrement innovante, l’attachement aux personnages est tel qu’on se laisse embarquer. Sans compter que les illustrations occupent une place importante dans la lecture. Elles sont tout à fait bienvenues et aident à l’imagination de l’enfant. C’est bien plus ludique qu’avant ^^ Par tous ces éléments, on sent bien que O’Donnell est une auteure expérimentée, capable de captiver son public quel que soit son âge. Une belle lecture qui parle à notre âme d’enfant !
 
En bref
Apprécié
Non-apprécié
-          Les illustrations en réelle osmose avec le texte
-          Les personnages, à l’image de la narration : simples mais attachants
-          Une histoire un peu trop courante qui risque de lasser l’enfant
 
Extrait
« - Allez, debout fainéant ! Il est presque huit heures ! claironna Hélène en pénétrant dans la chambre de Victor.
Ce dernier émit un grognement puis leva la tête de son oreiller, repoussa la longue mèche rousse qui lui barrait le visage et regarda la jolie femme blonde au regard doux qui lui souriait.
-          Tu ne voudrais pas appeler l’école et dire que je suis malade ? gémit-il
Hélène fronça les sourcils et posa –d’un ait inquiet – la main sur le front pâle du jeune garçon pour vérifier qu’il n’avait pas de fièvre. […]
-          Pas question. Tu n’as rien du tout ! Lève toi et dépêche-toi de t’habiller !
-          Mais je suis fatigué ! protesta-t-il
-          Tu serais bien plus en forme si tu ne t’étais pas sauvé et que tu n’avais pas traîné dehors toute la nuit ! »
 
A savoir
Cassandra O’Donnell a déjà écrit une série pour plus âgés :
-          Rebecca Kean
-          Les sœurs Charbey
-          Les aventures improbables de Julie Dumont
 
Mais aussi une série pour les plus jeunes : Malefender