lundi 11 janvier 2016

La Princetta et le Capitaine


 Couverture de La princetta et le capitaine
Auteur : Anne-Laure Bondoux
 
Prix : 8E
 
Edition : J’ai Lu

Résumé

Malva, héritière du trône de Galnicie, refuse de se marier à celui qui lui a été promis et décide de s'enfuir. Une stupéfiante aventure l'entraine aussitôt dans le tumulte des guerres et des tempêtes. Son destin finit par croiser celui du Capitaine Orfeus Mac Bott . Les deux héros et leurs six compagnons de fortune vont subir mille épreuves pour avoir osé se lancer dans ce voyage au-delà du monde connu.

Mon avis

Allez savoir comment et pourquoi, j’avais classé ce livre dans une catégorie bien plus jeunesse que ce que je lis habituellement. Je suppose que la couverture et le résumé n’aidaient pas x). Bref, j’ai une passe voyages et ce livre correspondait à mes envies. Et moi qui n’aie pas l’habitude des récits d’aventures, je dois dire que je suis agréablement surprise.

La Princetta est héritière du royaume de Galnicie et comme toute femme destinée à régner, elle connait le désespoir de sa condition. Son père est cruel avec elle pour la préparer à régner, sa mère sèche et indifférente et elle ne trouve réconfort qu’auprès des serviteurs. Mais, la veille de son mariage, elle décide de prendre sa liberté et s’échappe du château vers un ailleurs bien plus prometteur, croit-t-elle. Mais c’est par son périple et au travers de ses amitiés qu’elle va découvrir les trahisons, la cruauté, les meurtres et les rancœurs.


Voilà pourquoi je ne classe pas ce livre pour les pré-ados ; malgré ce que le résumé annonce, il n’est que peu question de romance et amitié. Ce qui domine est sauver sa peau et les rites initiatiques où les trahisons et les violentes confrontations au monde se succèdent pour éclairer l’héroïne. Et malgré toutes les épreuves subies, nul pathos inutile grâce à la polyphonie de la narration. D’ailleurs, l’auteure mêle différents caractères qui sont indispensables afin de ne pas nous lasser du huis-clos créé. Sans compter que l’univers magique est réellement très réussi : on s’échappe sans être perdu car les noms des pays sont modifiés mais on reconnait notre monde. Bondoux donne donc une touche exotique à son univers qui nous ravi et nous emporte. La fin, quant à elle, est restée (ô miracle !) à la hauteur du livre, loin d’être bâclée, elle répond à toutes nos interrogations, introduit la notion de drame indispensable à tout roman d’aventures et clôture si bien le livre qu’elle nous laisse un sentiment de mélancolie. Aussi, si vous avez envie d'un peu de nouveautés et d'évasions dans le rayon jeunesse, je vous conseille fortement La Princetta et le Capitaine, qui malgré le titre ringard est un joli roman d'aventures.

En bref

Apprécié
Non-apprécié
-          La multitude des personnages
-          Genre : initiatique et aventures
-          L’univers créé : assez dépaysant pour s’évader mais pas trop pour nous bouleverser
-          La fin : audacieuse, elle ne se termine pas par le traditionnel happy end
-          Quelques longueurs au début
-          Résumé et couverture trompeurs


Extrait

« La Princetta fit tomber sa capuche en arrière, découvrant sa tête de hérisson.
- Je refuse définitivement ce mariage, affirma-t-elle.


- Tu renonces aussi au trône, précisa Filomène.


- Je renonce au trône.


- Tu ne vivras plus jamais dans la Quiétude et l'Harmonie, continua-t-elle d'une voix sévère


- Je sais.


A chaque mot prononcé, Filomène serrait plus fort les mains de sa maîtresse. Ces paroles, elles les avaient déjà répétées tant et tant de fois dans le secret de l'alcôve... Elles sonnaient comme une ultime prière, comme un serment qu'on récite."