dimanche 29 novembre 2015

Nous les Menteurs


 Couverture de Nous les Menteurs
Auteur : Emily Lockhart

Prix : 15e

Edition : Gallimard
Résumé
Une famille belle et distinguée. L'été. Une île privée. Le grand amour. Une ado brisée. Quatre adolescents à l'amitié indéfectible, les Menteurs.
Un accident. Un secret. La vérité.
Un drame familial époustouflant où culmine le suspense. Une lecture qui, à peine terminée, donne envie de retourner à la première page pour recommencer...
«Un roman choc, foudroyant de beauté et d'intelligence, "Nous les Menteurs" est absolument inoubliable.»

Mon avis
J’avais tellement entendu parler de ce livre que je l’avais lu en anglais (http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2015/02/we-were-liars.html vous y trouverez des extraits) mais comme j’avais eu un gros coup de cœur, j’avais décidé de le relire.
Cadence et ses cousins surnommés par leur famille les Liars, les enfants Sinclair ont tout pour eux : ils sont beaux, ils sont riches et ils ont l’avenir devant eux. Enfin, jusqu’à l’été 15… Retrouvée à moitié noyée sur la résidence de vacances, en état de choc et amnésique, Cadence souffre de migraines et découvre une famille bouleversée qui refuse de répondre à ses questions. Si elle n’a pas l’occasion de voir ses cousins à l’été 16, ce n’est pas le cas de l’été 17. Elle veut savoir la raison du bouleversement de la merveilleuse famille Sinclair.
Comme j’ai aimé replonger dans ce livre ! Comme en anglais, on est immédiatement happé par le style. Tant d’ironie dans ses phrases, et bien que courtes, tellement percutantes. Bien que je l’ai lu en anglais et connaisse la fin qui a fait tant parler, je ne me suis pas ennuyée une seule minute. J’ai adoré cette ambiance de plage, de secrets familiaux et de drames. Et pourtant, je n’ai pas accroché outre mesure avec Cadence, si éclipsée par les autres membres de la famille. Emily Lockhart a vraiment du talent : plus j’avançais dans ma lecture et plus j’étais accro. Les deux dernières parties m’ont tout simplement empêchée de dormir ! Et pourtant, je connaissais la fin ! Mais il y a des livres comme ça qui nous happent. J’ai été bluffée par la faculté de Lockhart pour peindre une famille qui se déchire ; je mourrais d’envie d’entrer dans la pièce et de leur hurler leurs quatre vérités. Tout comme, j’étais tout aussi frustrée de voir Cadence tenter d’obtenir des réponses. Quand à la fin, elle m’a scotchée, un peu moins que lors de la 1ere lecture certes, mais assez pour me laisser aussi mélancolique que Cadence et me pousser à relire le chapitre 1 x). Quelle chose rare de ne pas être déçue par la traduction et ne pas être ennuyée une seule minute par la relecture. Je n’ai plus qu’une question en tête : à quand un autre livre de cette auteure ?


En bref
Apprécié
Non-apprécié
      -          Style d’écriture : court, percutant, ironique
      -          Les secrets de famille
    -          L’ambiance à la fois légère par les flashbacks et dramatique
     -          Communion des émotions avec l’héroïne
-          Des questions non résolues sur la possibilité de l’intrigue


Extrait
« La vie parait si belle, ce jour-là.
Nous les Menteurs ensemble, tous les quatre, comme on l’a tjs été.
Comme on le sera toujours.
Peu importe ce qui arrivera quand nous irons à la fac, que nous deviendrons adultes et ferons chacun notre vie ; peu importe si Gat et moi finissons ensemble ou non. Peu importe l’endroit où nous irons, nous nous retrouverons toujours sur le toit de Cuddledown pour contempler la mer.
Cette île nous appartient. Ici, d’une certaine manière, nous resterons éternellement jeunes »