jeudi 18 décembre 2014

Endgame T1 : The Calling



Auteurs :
-          James Frey   
-          Nils Johnson-Shelton   
 
Prix : 20E
 
Edition : Gallimard Jeunesse

Résumé

ENDGAME EST UNE RÉALITÉ. ENDGAME A COMMENCÉ.

Douze jeunes élus, issus de peuples anciens.

L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années.

Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme.

L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques.

Ils ne sont pas immortels.

Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.

Il n'y aura qu'un seul vainqueur

Une quête survoltée aux quatre coins du globe, menée par la plume nerveuse d'un grand auteur. Addictif !

Au-delà d'une lecture intense, ce livre cache dans ses pages une super-énigme composée de codes et indices imaginés par de grands cryptographes.

Menez votre propre quête en tentant de la résoudre. Déchiffrez, décodez et interprétez.

Le premier d'entre vous qui y parviendra gagnera une véritable fortune en pièces d'or (Lire les règles du jeu Endgame sur www.endgamerules.com).

En parallèle de cette quête, un jeu mobile novateur conçu par le laboratoire Niantic de Google permet de jouer à Endgame dans le monde réel, en choisissant une lignée et en affrontant d'autres joueurs.

LISEZ LE LIVRE. TROUVEZ LES INDICES. DÉCRYPTEZ L'ÉNIGME.

 

Mon avis

Ayant envie d’une bonne dystopie, je me suis laissée tentée par Endgame malgré le fait que le résumé me faisait trop penser à Hunger Games ; non pas que je n’apprécie pas ce dernier, bien au contraire, mais parce que quand un livre s’inspire d’un autre, il n’est souvent qu’une pâle réactualisation de son exemple. Je généralise mais ça arrive bien trop souvent pour ne pas le craindre. Bref, cela étant dit, si le concept est le même qu’Hunger Games, je dois reconnaitre que c’est loin d’être un copié-collé de ce dernier. Oui, il ne doit en rester qu’un mais une chasse au trésor se greffe à l’intrigue. Et, contrairement à HG, la dystopie est en train de se mettre en place ce que je trouve plus intéressant d’une certaine façon car il est encore plus glaçant de voir comment les humains se soumettent de leur plein gré à une société tyrannique plutôt que de voir la façon dont ils la combattent.  

12 participants représentants chacun une civilisation immémoriale formant une part de la population terrestre Jouent dans un jeu que eux seuls sont en mesure de connaitre et comprendre. Le but d’Endgame ? Se battre pour sa survie et pour celle de sa civilisation en trouvant trois clés. Comment ? Tous les moyens sont permis tant que l’on gagne.

La narration alterne donc les différents points de vue de tous les joueurs, on fait connaissance avec des tueurs aussi expérimentés que déterminés. Depuis leur enfance, ils sont sur-entrainés pour devenir des machines de guerre qui ne ressentent plus la douleur, ni la culpabilité ou ne serais-ce qu’un peu d’empathie dans leurs meurtres.  Non, ils Jouent et peu importe les dégâts autour d’eux tant qu’ils gagnent. Croyez-moi, certains me faisaient même flipper et pourtant, je suis habituée aux psychopathes (passion pour l’Histoire qui en regorge ^^). Certains Joueurs choisissent de faire une alliance donnant ainsi naissance à une amitié aussi instable que dangereuse et franchement inquiétante pour le lecteur (pour les fans de Game of Throne, imaginez Geoffrey s’alliant au fou de la S3 et S4…) ; tandis que d’autres, malgré le Jeu et leurs différences laissent place à une histoire d’amour (développée pour toucher un plus large public je pense). Et je ne parle pas de ceux qui ne peuvent pas rompre avec leur passé même pour affronter la fin du monde et courir dans tous les sens pour résoudre l’énigme mais qui préfèrent attendre et agir à distance. Un méli-mélo polyphonique mais aussi narratif se crée donc dans cette œuvre où les destins se croisent et s’entrecroisent puis se séparent et on ne peut se lasser de ce livre qui ne laisse pas l’action retomber une seule seconde et maintient notre attention même au-delà de la lecture. D’ailleurs, le principe de jeu informatique en parallèle de cette dernière est tout à fait innovant et une excellente idée, démontrant ainsi les liens que peuvent entretenir lecture et informatique plutôt que de les opposer purement et simplement. Il est temps de conclure cet avis qui devient de plus en plus long : lisez ce livre, donnez lui une chance de se différencier d’Hunger Games et ainsi de revivre l’engouement suscité par ce dernier. Croyez-moi, Endgame glace le sang, alors on se lance !

 

Extrait

« Endgame a commencé. Notre avenir n’est pas écrit. Notre avenir est le vôtre. Ce qui sera, sera. Chacun croit à sa version pour expliquer comment nous sommes arrivés ici. Dieu nous a créés. Des aliens nous ont télétransportés. Un éclair nous a recrachés ou des portails nous ont déposés. En définitive, le comment importe peu. Nous avons cette planète, ce monde, cette Terre. Nous sommes venus ici, nous avons vécu ici et nous sommes ici maintenant. Vous, moi, nous, toute l’humanité. Ce qui s’est passé selon vous au début n’est pas important. La fin, si. C’est Endgame. La fin de la partie. Nous sommes 12. Jeunes de corps, mais issus de peuples anciens. Nos lignées ont été choisies il y a des milliers d’années. Depuis, nous nous préparons chaque jour. À partir du moment où le jeu commence, nous devons délibérer et déchiffrer, bouger et assassiner. Certains d’entre nous sont moins prêts que d’autres, et ce seront les premiers à mourir. Endgame est très simple en ce sens. Ce qui l’est moins, c’est que la mort de l’un de nous entraînera la mort d’innombrables personnes. L’Épreuve, et ce qui suit, y veillera. Vous êtes les milliards de victimes qui l’ignorent. Vous êtes les passants innocents. Vous êtes les perdants chanceux ou les gagnants malchanceux. Vous êtes les spectateurs d’une pièce qui déterminera votre destin. Nous sommes les Joueurs. Vos Joueurs. Nous devons Jouer. Nous devons avoir plus de 13 ans et moins de 20. C’est la règle et il en a toujours été ainsi. Nous ne possédons pas de pouvoirs surnaturels. Aucun de nous ne peut voler, ni transformer le plomb en or, ni se guérir. Quand la mort survient, c’est fini. Nous sommes mortels. Humains. Nous sommes les héritiers de la Terre. À nous de résoudre la Grande Énigme du Salut, et l’un de nous doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Réunis, nous sommes tout : forts, bons, impitoyables, loyaux, intelligents, stupides, laids, avides, méchants, inconstants, beaux, calculateurs, paresseux, exubérants, faibles. Nous sommes le bien et le mal. Comme vous. Comme tout.

Mais nous ne sommes pas réunis. Nous ne sommes pas amis. Nous ne nous téléphonons pas, nous n’échangeons pas de textos. Nous ne tchattons pas sur Internet, nous ne nous retrouvons pas pour boire un café. Nous sommes séparés et éparpillés, disséminés à travers le monde. Depuis la naissance nous avons été élevés et entraînés pour être méfiants et habiles, rusés et trompeurs, cruels et sans pitié. Nous ne reculerons devant rien pour trouver la clé de la Grande Énigme. Nous ne pouvons pas échouer. L’échec, c’est la mort. L’échec, c’est la Fin de Tout, la Fin de Chaque Chose. L’exubérance vaincra-t-elle la force ? La bêtise surpassera-t-elle la gentillesse ? La paresse saura-t-elle contrecarrer la beauté ? Le gagnant sera-t-il le bien ou le mal ? Il n’y a qu’une seule façon de le savoir.

Jouer.

Survivre.

Résoudre.

Notre avenir n’est pas écrit. Notre avenir est le vôtre. Ce qui sera, sera.

Alors, écoutez. Suivez. Acclamez. Espérez. Priez.

Priez de toutes vos forces, si vous croyez.

Nous sommes les Joueurs. Vos Joueurs. Nous Jouons pour vous.

Venez Jouer avec nous.

Peuple de la Terre.

Endgame a commencé. »