samedi 9 août 2014

La pire mission de ma vie n’est pas finie




Couverture de La pire mission de ma vie n'est pas finie
Auteur : Robin Benway
 
Edition : Nathan
 
Prix : 16E

Résumé

Pour sauver sa famille, Maggie renfile sa tenue d'espionne !

Fini les missions ultra-secrètes ! Pour la première fois de sa vie, Maggie Silver prend des vacances. Elle va passer un été normal de lycéenne normale, avec son petit copain Jesse et sa meilleure amie Roux. Mais voilà, elle et ses parents sont accusés de trahison ! Elle doit reprendre du service...

Son objectif : empêcher le Collectif de détruire sa vie et celle de ses proches.

Sa méthode : prendre l'ennemi à son propre piège.

Le hic : elle doit faire équipe avec deux espions amateurs, Jesse et Roux !

 

Mon avis

Il y a quelques temps, j’ai lu le tome 1 de cette série et j’en avais été enchantée. En effet, les situations cocasses, les dialogues piquants, les personnages hilarants et l’écriture désabusée étaient si semblables à Meg Cabot que cela me ravissait. Et bien que ce second tome soit dans la même ligne de mire, je dois avouer qu’il est moins bien que le 1 même si cela ne m’étonne pas, la suite d’une série surpasse rarement le premier tome. Quoi qu’il en soit, le livre est toujours aussi plaisant et se lit toujours aussi vite ; l’histoire entre Jesse et Maggie s’efface légèrement pour laisser place à un autre couple qui promet d’être tout aussi attendrissant que le premier. A mon plus grand plaisir, Roux est un peu plus présente et son personnage plus creusé mais, à mon grand regret, les absents sont les parents de Maggie même si leurs apparitions sont toujours aussi plaisantes. Cependant, leur absence était obligatoire car c’est la cause de leur absence qui conditionne toute l’intrigue.

Maggie avait tout pour être heureuse et vivre son adolescence normalement mais, comme toujours, les choses ne se passent jamais comme prévu. Ses parents, accusés par le Collectif d’avoir dérobé des antiquités, sont menacés d’en être expulsés. Autant dire qu’ils n’ont aucune expérience professionnelle et que retrouver du travail à leur âge va être compliqué. Ils sont donc tenus à l’écart par Maggie et Angelo qui font tout ce qui sont en leurs moyens pour les laver de tous soupçons et leur permettre de retrouver leur emploi. Mais l’ennemi qu’ils doivent affronter est bien plus puissant et résolu que ce qu’ils croyaient… Sans compter que Maggie doit aussi faire face à une situation personnelle tendue : sa vie d’ado est en conflit avec sa vie d’espionne et elle ne peut pas concilier les deux, elle va devoir faire un choix qui aura des conséquences.

Ce tome 2 est donc une lecture que je ne regrette absolument pas car elle m’a permis de passer un agréable moment même si elle n’est pas aussi réussie que le tome 1. Un tome 3 me semble inévitable au vu de la fin du 2 et je peux d’hors et déjà annoncer que je le lirai dès sa sortie en France dont la date et encore inconnue.

 

Extrait

«  - Salut ! a dit une voix derrière moi.

Je me suis retournée et Jesse était là, avec son sac sur l’épaule et ses boucles dans les yeux, comme toujours, et son visage illuminé d’un sourire qui ne brillait que pour moi. J’avais regardé ce visage des milliers de fois en un an, et je ne m’en lassais pas.

Entre nous, un sourire suffisait et tout était dit. Du coup, ça a du le surprendre que je me jette à son cou et je m’accroche à lui comme un python affamé. […]

  • Qu’est ce qu’il y a ? Il s’est passé quelque chose ?
  • Je suis contente que tu sois revenu, c’est tout. Je te dis, tu m’as manqué, ai-je reniflé alors que les larmes me montaient aux yeux.
    Il m’a embrassé sur le crâne et je l’ai serré si fort que j’ai senti ses côtes.
  • Désolée. Tout va bien, l’ai-je rassuré.
  • Je ne n’aurais pas dit qu’une prise de kung-fu soit le signe que « tout va bien », mais c’est peut-être moi. »
     
    « - Harold !  a retenti la voix de Roux dans l’interphone. Harold, soleil de ma vie !
    C’est tout juste si Harold, portier et souffre-douleur de Roux, a battu un cil. J’ai agrippé le comptoir en granite de l’entrée de l’immeuble pour tâcher de contenir mon impatience.
  • Harold ! Vous êtes le soleil de ma journée quand vous sonnez comme ça ! a-t-elle poursuivi. Vous le saviez au moins ? Parce que vous devriez. Le savoir, je veux dire.
  • Une certaine Maggie demande à vous voir, miss Green, a-t-il ânonné d’un ton monocorde.
  • « Une certaine Maggie », me suis exclamée. Franchement Harold ! Vous me connaissez depuis un an ! Vous ne pouvez pas me laisser monter tout simplement ?
  • Maggie ! a repris Roux, carrément euphorique. Magga Ragga !
  • Je hais ce surnom, lui ai-je rappelé. Pourrais-tu le faire monter maintenant, s’il te plait ?
  • Harold, c’est Maggie ! Vous saviez que les choses étaient devenues bizarres entre nous, mais qu’on est redevenues amies ? Il faut vous tenir au courant, Harold. Ca change toutes les cinq minutes, par ici. »