lundi 7 juillet 2014

Divergente T3 : Allégeance


Couverture : Divergente, tome 3 : Allégeance
Auteur : Veronica Roth
Edition : Nathan
Prix : 17E
Résumé
Le règne des factions a laissé place à une nouvelle dictature. Tris et ses amis refusent de s'y soumettre. Ils doivent s'enfuir. Mais que trouveront-ils au-delà de la clôture ? Et si tout n'était que mensonge ?
Mon avis
Whaou !! Je suis soufflée ! Le dernier tome de cette trilogie coup de cœur me laisse sur les fesses et comme d’habitude, je suis bien trop triste de quitter cet univers ô combien magique qu’avait créé Veronica Roth. J’avais à la fois hâte mais je ressentais aussi une certaine réticence à le lire : d’un côté, je voulais savoir la fin et les réponses mais je ne voulais pas non plus dire au revoir aux personnages (à Quatre principalement, je le reconnais ^^). Et si le tome 1 m’avait enchantée, le tome 2 m’avait légèrement refroidie mais le tome 3 m’a littéralement transportée ! Et même si je préfère le 1er, je dois avouer que Roth a écrit un dernier tome qui signe et met fin à cette trilogie en beauté et qui pourrait être équivalent au 1er tome si je n’avais pas autant aimé le T1.
Nous retrouvons, dans ce dernier tome Tris et ses amis qui fuient Chicago après qu’Evelyn ait pris le pouvoir. Mais ils vont se trouver confrontés à un autre problème : un autre régime autoritaire tout aussi radical que celui qu’ils ont quitté et qui en plus de cela a des idées assez…disons le mot : nazies. Car oui, dans ce nouveau régime, il y l’idée d’une classe d’humains supérieurs à d’autres grâce à leur gènes et cela cause des discriminations. Autant vous dire que Tris et ses amis vont devoir se battre aussi bien mentalement (contre une population endoctrinée) que physiquement (là aussi, de nombreuses révoltes sont à prévoir) contre les préjugés mais aussi pour sauver leur ville.  Bref, aucun répit pour les personnages et nous, pauvres lecteurs que nous sommes. Mais Roth a réussit à mélanger à merveille plusieurs thèmes divers et hétéroclites tels que le pardon (Caleb est là et Quatre fait enfin face à Evelyn), une critique sociétale, la question du déterminisme, le deuil et de la romance ce qui fait d’Allégeance un livre bien plus profond que d’autres livres pour ados. Sachez que l’action et l’émotion sont au rendez-vous et que les deux se livrent une bataille de tout instant. Quant à la fin, elle m’a ravie car bien plus réaliste et fidèle au personnage que toute autre distopie lue jusqu’à présent. C’est un choix audacieux et je félicite l’auteure de l’avoir fait !
Petite nouveauté : le point de vue de Quatre s’intègre à celui de Tris ce qui permet de voir deux intrigues se développer parallèlement. Ce 3e tome répond à toutes les interrogations que l’on avait en tête à la fin du deux et les dernières pages sont bouleversantes, à tel point que j’essayais de ralentir mon rythme de lecture pour rester un peu plus dans l’univers de Tris. Mission impossible : ma curiosité étant ce qu’elle est, je voulais savoir la fin et le plus vite possible. Un livre à lire absolument qui vous touche en plein cœur mais je suis sûre que je prêche des convertis vu que vous avez lu les deux premiers tome ;)  
Extrait
«  Avant, je pensais que quand on tombait amoureux, on atterrissait quelque part au hasard et qu'on n'avait plus qu'à faire avec. C'était peut-être vrai au début, mais ce n'est certainement pas ce qu'on vit là, maintenant.
 Je suis tombée amoureuse de lui mais je ne reste pas avec lui par défaut, juste parce qu'il est là et qu'il n'y a personne d'autre. Je reste avec lui parce que je le choisis, chaque matin où je me réveille, chaque matin où on se dispute, où on se ment, où on se déçoit. Je le choisis chaque jour, et lui aussi me choisit. »
" Il pince le devant de mon chandail, juste au-dessus de mon estomac, puis m’attire à lui et m'embrasse doucement.
— Viens, me dit-il ensuite. J'ai un plan pour ce soir.
— Ah oui ?
— Je me suis rendu compte qu'on n'avait jamais eu un rencard digne de ce nom, figure-toi.
— Le chaos et la destruction ont une fâcheuse tendance à limiter les occasions.
— C'est peut-être le moment d'essayer."