vendredi 6 juin 2014

Qui es-tu Alaska ?




Couverture de Qui es-tu Alaska ?
Auteur : John Green
Editeur : Gallimard
Prix : 8E

Résumé

Miles Halter a seize ans mais n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il quitte le cocon familial pour le campus universitaire : ce sera le lieu de tous les possibles, de toutes les premières fois. Et de sa rencontre avec Alaska. La troublante, l'insaisissable Alaska Young, insoumise et fascinante. Amitiés fortes, amour, transgression, quête de sens : un roman qui fait rire, et fondre en larmes l'instant d'après...


« Le défi en écrivant "Qui es-tu Alaska?" était de comprendre qu'un roman est là pour révéler la vérité, sans se préoccuper des faits. Car, pour citer William Faulkner : "C'est la vérité qui m'intéresse, pas les faits"» (John Green).


Mon avis

Si j’avais adoré Nos Etoiles contraires (http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2014/01/nos-etoiles-contraires.html) et détesté Le théorème des Katherine, je ne sais pas quoi penser de Qui es-tu Alaska ?. Je ne saurai pas dire si j’ai aimé ou non. Ca se lit, mais ce n’est pas aussi bouleversant que Nos étoiles contraires. Je pense que le problème vient du fait que je ne me sois pas attachée aux personnages qui sont beaucoup trop marginaux pour moi ; beaucoup trop bizarres pour que j’arrive à les comprendre. Pourtant le contexte était prometteur : Miles Halter décide d’emménager dans un internat à la recherche d’un « grand Peut-Etre » (vous comprendrez si vous venez à le lire). Si quand il vivait chez ses parents il n’avait pas d’amis à cause de son caractère étrange (il est passionné par les dernières paroles des grandes personnalités), ce n’est plus le cas lorsqu’il emménage au Creek dans lequel il trouve des personnalités toutes aussi déjantées que lui. Il y fait la connaissance du Colonel, son colocataire, et d’Alaska, la meilleure amie de celui-ci ainsi que leurs autres amis. Ensembles, ils vont faire toutes sortes de conneries qui vont vous faire sourire et raviver de bon souvenirs.

Et malgré son caractère très changeant et instable, Alaska et Miles deviennent proches. A tel point que Miles tombe amoureux d’elle, mais personne ne peut dire si le sentiment est réciproque. Ni Miles, ni le lecteur. Je crois que c’est cette phrase, « je ne sais pas », qui domine tout au long du livre. En effet, il pose de nombreuses questions plus ou moins profondes mais il n’apporte pas de réponses. Cela se voit particulièrement à la fin et je pense que c’est cela qui m’a le plus dérangé. Bon, ceci dit, le point positif c’est un livre qui pose de grandes questions et qui nous font réfléchir mais, à mon grand regret, l’émotion n’est pas au rendez-vous comme Nos Etoiles contraires. On est un peu triste mais le bouleversement que l’on pourrai ressentir n’est pas présent. C’est un livre très agréable à lire mais loin d’être le meilleur de John Green et absolument pas représentatif de son talent.


Extrait


"On passe sa vie coincé dans le labyrinthe à essayer de trouver le moyen d'en sortir, en se régalant à l'avance à cette perspective. Et rêver l'avenir permet de continuer, sauf qu'on ne passe jamais à la réalisation. On se sert de l'avenir pour échapper au présent"