vendredi 6 juin 2014

Privilège T1




Spoilers sur le début de la série Campus de Kate Brian

Couverture de Privilège, Tome 1
Auteur : Kate Brian
Edition : Bayard jeunesse
Prix : 13E

Résumé

Certaines filles donneraient tout pour mener une vie de privilèges. Parmi elles, quelques-unes seraient même prêtes à tuer...

Condamnée à perpétuité pour le meurtre de son ex-petit-ami, Adriana Osgood observe désormais le monde à travers les grilles du centre pénitentiaire Brenda-T. L’univers doré d’Easton n’est plus qu’un lointain souvenir, et ses journées s’étirent au rythme des séances avec le docteur Meloni, un psychiatre sinistre qu’elle déteste. Pourtant, malgré les apparences, Ariana n’a pas renoncé à ses rêves d’évasion. Et elle compte bien retrouver ses privilèges. Une fois dehors, rien, ni personne ne pourra se mettre en travers de son chemin. Cependant, à trop croire en sa chance, Ariana risque de se brûler les ailes…

Mon avis

Privilège est le spin-off de la série Campus (série extrêmement divertissante et qui ressemble à It Girl ou Night School mais que je ne chroniquerais pas l’ayant lu il y a plus de trois ans) et met en scène Ariana. En sa qualité de spin-off, il se peut que vous soyez spoilés ce qui est dommage vu que les premiers tomes de Campus tournent autour d’un meurtre à élucider. Pour ceux qui sont étrangers à la série mais qui souhaitent tout de même lire ce spin-off avant la série, Ariana c’est la psychopathe du livre. Voilà c’est dit sans exagération. Son crime ? Elle a roué de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive son ex parce qu’il sortait avec une autre. Mais si elle était seulement violente le spin off n’aurait pas eu lieu. Non, Ariana est intelligente et froide et le pire est qu’elle ne sent pas coupable. Pour elle, elle n’est pas coupable de la mort de Thomas, c’est la faute de sa copine : si elle n’était pas sortie avec lui, elle ne l’aurait pas tuée. Et en plus, c’est à cause d’elle si elle se retrouve en prison, elle, la fille de millionnaires si brillante et belle promise à un avenir radieux. Or, au lieu de l’avenir radieux, elle se retrouve dans une prison morbide et que faire d’autre dans un tel endroit si ce n’est réfléchir ? Car oui, Ariana ne veut pas se repentir, elle réclame vengeance ; mais cette vengeance passe par une seule et unique condition, la liberté. On suit donc, dans ce tome 1, son évasion de près et son nouveau plan diabolique. En effet, elle a rencontré des filles de son âge et de sa caste en prison et ce sont elles qui vont lui permettre de récupérer ses privilèges. Grâce à sa froideur et son raisonnement impeccablement logique, elle va fomenter un plan qui consiste à se faire passer pour quelqu’un d’autre afin de pouvoir récupérer son train de vie habituel. Mais Ariana ne peut pas tout prévoir, et elle n’est peut-être pas aussi calculatrice qu’elle le prétend.

J’ai à mon grand étonnement, beaucoup apprécié ce livre, même si j’étais réticente à l’idée de quitter l’univers de la série originale. Et, ironie du sort, je pense pouvoir affirmer que si la série originale est très plaisante, ce spin-off l’est encore plus ! Pourtant, ce n’était pas mon personnage préféré, loin de là, elle me paraissait tellement fade mais ce tome la rehausse dans mon estime. Pourquoi ? Je pense que c’est le modèle de l’anti-héro qui me plait : elle est belle, riche mais elle tue pour avoir ce qu’elle désire. Tempérament que je rejette dans la vie quotidienne, soyons clair, mais ici ce n’est qu’un livre et je dois avouer que se retrouver du point de vue du meurtrier c’est étrange mais en même temps très plaisant. Et puis, contrairement à l’image donnée dans la série d’origine, Ariana n’est pas l’exemple type de la folle. Non, elle est calculatrice et froide même si on perçoit des failles dans sa carapace qui lui donnent une humanité. Ce que j’ai le plus aimé chez elle, c’est sa force de caractère : elle ne pleure jamais sur son sort, et si par malheur, elle a un moment de faiblesse, alors elle le chasse immédiatement. Attention, je ne cautionne, pas ce qu’elle fait mais je dois avouer qu’elle me fascine. Je préfère un anti-héro bien méchant à un héro exemplaire et mortellement ennuyeux. En conclusion, si vous voulez un récit girly (car oui, c’est de la cavale de luxe : elle va retrouver une riche héritière du Texas) ms extrêmement divertissant, achetez-le !